Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Mitigé
Bitcoin
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
La chute de l'euro contre le dollar est aussi liée à la BCE qu'aux tendances du risque

La chute de l'euro contre le dollar est aussi liée à la BCE qu'aux tendances du risque

2013-11-02 04:27:00
John Kicklighter, Stratégiste sénior
Share:
Euro_Collapse_Versus_Dollar_as_Much_an_ECB_Factor_as_Risk_Trends_body_Picture_1.png, La chute de l'euro contre le dollar est aussi liée à la BCE qu'aux tendances du risque

La chute de l'euro contre le dollar est aussi liée à la BCE qu'aux tendances du risque

Prévisions fondamentales pour l'euro : neutres

  • La décision de la BCE à propos des taux d'intérêt sera un évènement critique pour évolutions des cours de l'euro, à la fois avant l'annonce et dans la phase de réaction
  • Un virage vers une expansion des efforts de relance pourrait faire plonger l'euro sur l'ensemble du marché
  • Retrouvez les signaux, le positionnement spéculatif et des séminaires sur l'euro dans DailyFX-Plus cette semaine

L'euro a terminé en dernière place parmi les monnaies majeures, et la chute qu'il a subie a été tout à fait impressionnante. Cependant, cet incroyable momentum n'est peut-être pas aussi enraciné que bien des acheteurs le craignent et que bien des vendeurs l'espèrent. Le moteur fondamental qui a fait décoller la devise la semaine dernière pourrait très bien effacer cette chute en première moitié de semaine prochaine. Et même si les traders du FX seront à l'affût de toute fluctuation dans l'environnement des tendances générales du risque, l'apparition d'oscillations nerveuses ou de forts swings sur l'euro cette semaine dépendra certainement plus des annonces importantes intérieures, et plus précisément de la décision de la BCE à propos des taux d'intérêt.

La réunion de politique monétaire de la Banque centrale européenne est prévue ce jeudi, à 12h45 GMT. Lors des dernières réunions, l’attitude du marché vis-à-vis de l'évènement a été réservée. Et ce avec raison. Même s'il y a eu quelques remarques susceptibles d'attirer l'attention dans les déclarations et commentaires des conférences de presse du président de la BCE M. Draghi, la banque centrale n'a en réalité pas changé sa politique depuis la baisse de taux du 2 mai dernier (25 points de base, pour atteindre le niveau actuel de 0,50%). Cependant, au fil des semaines et des mois, nous avons observé une persistance notable du malaise économique de la région euro, un ralentissement global et une hausse inquiétante des taux d'intérêt régionaux.

En réalité, l'environnement fondamental de l'euro est "irrégulier" depuis un certain temps. Toutefois, les marchés financiers mondiaux ont affiché une tolérance incroyable aux récessions en cours, à la relâche des efforts budgétaires, aux renégociations des plans d'austérité et même aux sauvetages agressifs, et ce depuis un bon moment. Ces éléments sont tout simplement devenus des facteurs habituels de la situation de la devise et de la région, ce qui a par suite conduit à une sorte d'apathie. Mais cette tranquilité a été troublée la semaine dernière par la publication de deux indicateurs particulièrement inquiétants : le chômage et l'IPC de la zone euro.

Le niveau record du taux de chômage, à 12,2%, est clairement inquiétant, surtout en contrepoint à l'optimisme permanent et aux propos rassurants des leaders européens. Mais à elles seules, ces données n'auraient pas pu secouer l'euro. Ce qui a vraiment troublé les investisseurs, c'est la forte chute, inattendue, révélée par le rapport sur l'inflation à la consommation en glissement annuel pour octobre, à 0.7%. C'est le niveau le plus faible en quatre ans, et cet indicateur apporte non seulement à la banque centrale une marge de manœuvre permettant d'assouplir plus avant sa politique (afin de soutenir les économies mises à mal par l'austérité), il pourrait même la contraindre à agir, si les officiels craignent le retour de bâton de la désinflation.

En termes d'assouplissement, les prévisions immédiates de nombreux observateurs tendent vers une nouvelle baisse de taux. Toutefois, à un niveau de 0.50% et alors que les exemples d'échecs de légères réductions de taux déjà proches de zéro abondent, cette option ne serait sans doute pas couronnée de succès, et reste peu probable. Au lieu de cela, la BCE pourrait envisager un nouveau programme de prêt, similaire aux LTRO (opérations de refinancement à long terme) de 2011 et 2012. En fait, avec les remboursements anticipés par les banques européennes de ces prêts à trois ans et à faible taux, nous avons pu observer une réduction du bilan de la BCE depuis juin dernier, et une hausse des taux d'intérêt à court terme depuis le début de l'année. Des taux en hausse pour des économies toujours en difficulté, qui devraient bientôt revenir sur le marché, et un système amortisseur réduit pour le système financier : voilà un cocktail dangereux.

Au vu de la forte chute de l'euro la semaine dernière, il pourrait sembler que le marché craigne qu'un virage de la politique soit probable. Mais cet évènement est plus nuancé qu'il n'y paraît. Si la banque centrale repousse à plus tard une décision difficile lors de cette réunion mais indique au marché qu'un nouveau mouvement de relance pourrait être introduit dans un avenir proche, le marché pourrait être secoué. Tout dépendra du degré auquel ce dernier ajustera sa position en vue d'un tel scénario. Si nous poursuivons la correction de la semaine dernière jusqu'à la décision à propos des taux d'intérêt, un maintien de la politique, quel que soit la forme qu'il prendrait, conduirait certainement à un rebond spéculatif, découlant de couvertures de positions à découvert. À l'inverse, si l'euro stoppe son mouvement en première partie de semaine (ce qui est tout à fait probable puisque les spéculateurs ont tendance à se diriger vers le banc de touche avant une telle annonce), il pourrait être considéré comme étant à des niveaux élevés et chuter.

Et bien que la décision de la BCE soit clairement l'évènement de la semaine pour les traders de l'euro, il y aura bien d'autres annonces importantes à prendre en considération dans la région, même si elles sont absorbées sans volatilité immédiate. À noter : les prévisions économiques de l'UE, la variation du chômage en Espagne, le retour de la troïka à Athènes (tous trois mardi), l'activité du secteur des services (mercredi) et les chiffres des prêts de la Banque d'Italie (vendredi). JK

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.