• Les tensions en Syrie s’estompent
  • Le conflit USA – Iran pourrait continuer d’impacter le pétrole
  • Rapport de l’OPEP publié aujourd’hui

Alors que les tensions entre les Etats-Unis et la Syrie concernant la probable utilisation d’armes chimiques s’estompent, les investisseurs se tournent depuis plusieurs jours vers les tensions en Iran. En effet, le président Donald Trump a annoncé la semaine dernière le retrait des Etats-Unis de l’accord sur l’allègement de sanctions à l’encontre de l’Iran.

Après la Syrie, l’Iran

Outre ces conflits internationaux c’est l’organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) qui est surveillée aujourd’hui par les investisseurs après la publication de son rapport mensuel. Même si peu d’informations nouvelles sont venues surprendre les marchés, l’OPEP prévoit une hausse de la demande sur 2018 mais également une hausse de l’offre qui proviendrait à 90% des producteurs Américains.

L’OPEP s’inquiète des tensions commerciales et géopolitiques

Des membres de l’organisation ont commenté l’annonce de Donald Trump à l’image du ministre de l’énergie des Emirats Arabes Unis qui rassurait les acteurs du marché concernant l’offre. En effet l’Iran est le troisième plus important producteur au sein de l’OPEP avec une production de 3,8 millions de barils par jour en moyenne en 2017.

Intéressez par le marché du pétrole et des matières premières ? Téléchargez nos guides spécialisés ici

Par ailleurs l’OPEP souligne des inquiétudes, déjà surveillées par les acteurs du marché, liées aux tensions économiques et commerciales faisant références notamment aux tensions Chine – USA ou encore celles entre les Etats-Unis et la zone Euro. Ce type de tensions pourrait avoir un impact négatif sur la reprise économique mondiale et la demande de pétrole pourrait en pâtir.

Enfin, comme chaque semaine nous surveillerons les stocks de pétrole aux Etats-Unis publiés mercredi, après la baisse surprise de plus de deux millions de barils la semaine dernière.

Graphique du pétrole WTI en données hebdomadaires

Pétrole WTI/Brent : La Syrie, l’Iran, le Dollar et l’OPEP soutiennent le pétrole, les tensions commerciales pourraient avoir un effet inverse.

Analyse technique du cours du baril de pétrole WTI

Graphiquement le cours du pétrole WTI reste au-delà du canal et pourrait ainsi rejoindre le retracement de Fibonacci de 38,2% (baisse de juillet 2008 à février 2016) à 73,06. A plus court terme le WTI pourrait corriger en direction du haut du canal situé à 69,10 dollars. Le maintien à l’extérieur de celui-ci devrait permettre le rebond.

Suivez notre émission quotidienne le Market live IG pour une analyse macroéconomique et financière en direct

En revanche une réintégration dans le canal pourrait mener le baril au contact d’un autre retracement de Fibonacci de 61,8% (hausse de mars 1986 à juillet 2008) à 62,04$.

Graphique du pétrole Brut en données hebdomadaires

Pétrole WTI/Brent : La Syrie, l’Iran, le Dollar et l’OPEP soutiennent le pétrole, les tensions commerciales pourraient avoir un effet inverse.

Analyse technique du cours du baril de pétrole Brent

Nous restons également dans une forte tendance haussière sur le baril de Brent et l’objectif des 80$, voire la résistance située à 80,42 dollars pourraient être rejoins à moyen terme. A plus court terme le risque de correction est le même que sur le baril de pétrole WTI ce qui pourrait conduire le Brent vers le haut du canal haussier à 75,50$, lui permettant de rebondir par la suite.

Comme dans le cas du baril WTI, la cassure de cette oblique pourrait mener le baril de Brent à poursuivre sa correction en direction du retracement de Fibonacci de 38,2% (baisse de juin 2008 à janvier 2016) à 73,19$.

Découvrez nos prévisions pour les prochains mois dans nos ebooks prévisionnels».

>>3 conseils de trading que j’aurais aimé connaître quand j’ai débuté sur le Forex

>> Quatre indicateurs techniques très efficaces que tout trader devrait connaître