Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Pétrole WTI : Les prix du pétrole restent sous pression

Pétrole WTI : Les prix du pétrole restent sous pression

Cedric Damestoy, Analyste Marché

Points clés de l’article :

  • Les prévisions contradictoires de l’AIE et de l’Opep
  • La pression vendeuse toujours d’actualité sous un nœud de résistance

Les prévisions contradictoires de l’AIE et de l’Opep

L'OPEP et l'Agence internationale de l'énergie (AIE) ont des avis divergents sur les perspectives des marchés pétroliers mondiaux. On pourrait pencher en faveur des perspectives de l'OPEP car les résultats de l'Agence internationale de l'énergie en matière de prévision de l'offre et de la demande ont été plus hasardeux.

Hier, l'OPEP a revu à la hausse ses prévisions de demande pour l'année prochaine et a également averti les traders de ne pas être à découvert sur ce marché. Si les conditions changent, l'OPEP prévient qu'elle ajustera sa production, mais dans le même temps, l'Agence internationale de l'énergie avertit qu'il pourrait y avoir un excédent de pétrole en raison du virus omicron. Par ailleurs, un rapport publié aujourd'hui par Pfizer dans le Wall Street Journal suggère que Pfizer a confirmé que sa pilule COVID-19 était efficace à 89 % dans l'étude de phase finale et que le médicament antiviral pourrait probablement fonctionner contre la variante omicron.

L'OPEP a relevé ses estimations de la consommation de 1,1 million de barils par jour. Reuters rapporte que l'OPEP a déclaré s'attendre à ce que la demande mondiale de pétrole atteigne une moyenne de 99,13 millions de barils par jour (bpj) au premier trimestre de 2022, soit 1,11 million de bpj de plus que sa prévision du mois dernier. « Une partie de la reprise précédemment attendue au quatrième trimestre de 2021 a été décalée au premier trimestre de 2022, suivie d'une reprise plus régulière tout au long du second semestre de 2022", indique l'OPEP dans le rapport.

L'AIE indique d'autre part que la recrudescence des nouveaux cas de Covid devrait ralentir la reprise de la demande mondiale de pétrole, les voyages aériens et le carburant pour avion étant les plus touchés. En moyenne, la demande de pétrole a été révisée à la baisse d'environ 100 000 b/j depuis le rapport du mois dernier, tant pour 2021 que pour 2022. La demande mondiale de pétrole devrait désormais augmenter de 5,4 mb/j en 2021 et de 3,3 mb/j en 2022, lorsqu'elle retrouvera son niveau d'avant la pandémie, soit 99,5 mb/j.

La production mondiale de pétrole devrait dépasser la demande à partir de décembre, grâce à la croissance aux États-Unis et dans les pays de l'OPEP+. Cette tendance à la hausse se prolongeant en 2022, les États-Unis, le Canada et le Brésil devraient atteindre leurs plus hauts niveaux annuels de production, ce qui augmenterait la production globale hors OPEP+ de 1,8 mb/j en 2022. L'Arabie saoudite et la Russie pourraient également atteindre des records si les réductions restantes de l'OPEP+ sont entièrement levées. Dans ce cas, l'offre mondiale augmenterait de 6,4 mb/j l'année prochaine, contre une hausse de 1,5 mb/j en 2021.

La pression vendeuse toujours d’actualité sous un nœud de résistance

Les cours du pétrole sont revenus sur le support à 61,76 USD début décembre qui a provoqué le retour des acheteurs. Une longue mèche basse s’est matérialisée indiquant le début d’un rebond qui s’essouffle depuis 3 séances sur une résistance constituée par une droite de polarité à 73,18 USD et renforcée par une moyenne mobile à 34 périodes plus une oblique baissière.

Le franchissement de ce nœud d’obstacles donnerait un signal positif de reprise haussière avec comme premier objectif la résistance à 79,30 USD.

Cependant, tant que les cours restent sous cette résistance, la tendance négative pourrait reprendre avec la possibilité de voir les plus bas récents à nouveau sous pression.

Evolution des cours du brut WTI en données quotidiennes :

Pétrole WTI : Les prix du pétrole restent sous pression

Twitter @CDamestoy

POURSUIVRE VOTRE LECTURE

QU’EST-CE QUE LE PÉTROLE BRUT ? GUIDE DU TRADING DU PÉTROLE

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.