Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading offerts
S'inscrire à la newsletter
Veuillez réessayer
EUR/USD
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
SP500 : L’indice reste fragile malgré les bons chiffres de chômage

SP500 : L’indice reste fragile malgré les bons chiffres de chômage

Cedric Damestoy, Analyste Marché

Points clés de l’article :

  • La guerre en Ukraine éclipse les bons chiffres sur l’emploi
  • SP500 : L’indice donne de nouveaux signes de faiblesse

La guerre en Ukraine éclipse les bons chiffres sur l’emploi

Les actions américaines chutent vendredi dans le sillage des bourses mondiales malgré un rapport sur l'emploi plus fort que prévu, les développements inquiétants en Ukraine ayant pesé sur le sentiment.

Le Dow Jones Industrial Average perd 390 points à l’ouverture, soit environ 1,2 %. Le S&P 500 en baisse de 1 %, tandis que le Nasdaq Composite recule de 0,7 %. Le Dow Jones était en passe de connaître sa quatrième semaine de baisse consécutive.

La baisse des actions a suivi les informations selon lesquelles de la fumée était visible depuis une centrale nucléaire en Ukraine - la plus grande d'Europe - après l'attaque des troupes russes. Les rapports de vendredi matin indiquaient que les forces russes avaient saisi la centrale à Zaporizhzhia. L'ambassade des États-Unis à Kiev a qualifié l'attaque de crime de guerre.

Les prix de l'énergie ont augmenté dans tous les secteurs après l'attaque, le pétrole brut West Texas Intermediate, référence américaine, ayant augmenté de 2,4 % à 110,26 dollars et le pétrole brut Brent, référence mondiale, de 2,2 % à 112,88 dollars. Les rendements des obligations d'État ont chuté, les investisseurs réduisant les risques, l'obligation de référence à 10 ans tombant à 1,74 %.

Les actions ont largement baissé, les investisseurs se détournant des actifs à risque. Les valeurs financières, qui peuvent bénéficier d'une hausse des taux d'intérêt, ont reculé, American Express et JPMorgan Chase perdant 2,9 %.

L'évolution de la situation en Ukraine a semblé éclipser le rapport sur l'emploi de février, plus fort que prévu.

Les employeurs américains ont embauché beaucoup plus de travailleurs que prévu en février, ce qui a rapproché le marché du travail du taux d'emploi maximum, mais les tensions géopolitiques pourraient nuire à la confiance des entreprises et ralentir la croissance de l'emploi dans les mois à venir.

Le rapport sur l'emploi du Département du travail, très surveillé, a montré vendredi que la masse salariale non agricole a augmenté de 678 000 emplois le mois dernier, bien plus que les 400 000 que les économistes interrogés par Reuters avaient prévus. Les données pour le mois de janvier ont été révisées à la hausse et font état de 481 000 emplois créés au lieu des 467 000 annoncés précédemment. Le taux de chômage est tombé à 3,8 %, le plus bas depuis février 2020, contre 4,0 % en janvier.

L’indice CNN sur le sentiment des investisseurs montre l’extrême pessimisme prévalant sur le marché. Cet indicateur est un outil contrariant donc susceptible d’indiquer un point bas mais il est en général peu fiable sur le timing pour un retournement, pouvant rester sur des niveaux faibles plusieurs jours.

SP500 : L’indice reste fragile malgré les bons chiffres de chômage

SP500 : L’indice donne de nouveaux signes de faiblesse

La tendance est baissière sur l’indice large américain avec des creux et sommets plus bas que les précédents.

Le SP500 a affiché hier un chandelier en forme de doji au contact de la moyenne mobile descendante à 34 périodes suivi aujourd’hui par un chandelier baissier qui revient sur un support à 4280 points. Une rupture de ce niveau en clôture donnerait un signal négatif avec un probable retour sur 4220 points dans un premier temps et le risque de revoir les plus bas annuels sur 4100 points dans un second.

Cette lecture baissière serait neutralisée sur retour au-dessus de la forte zone de résistance entre le retracement Fibonacci de 38,2% et le plus haut d’hier à 4419 points.

Evolution de l’indice SP500 en données quotidiennes :

SP500 : L’indice reste fragile malgré les bons chiffres de chômage

Twitter @CDamestoy

POURSUIVRE VOTRE LECTURE

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.