Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading offerts
S'inscrire à la newsletter
Veuillez réessayer
EUR/USD
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
S&P 500 : les taux obligataires et le ralentissement économique font pression

S&P 500 : les taux obligataires et le ralentissement économique font pression

Valentin Aufrand, Contributeur

Points-clés de l’article sur le S&P 500 :

  • Le ralentissement économique et la hausse des taux obligataires devraient continuer à faire pression sur Wall Street
  • Le S&P 500 pourrait corriger jusqu’à 4000 points à moyen terme

Le ralentissement économique et la hausse des taux obligataires devraient continuer à faire pression sur Wall Street

Le S&P 500 a terminé dans le vert la semaine dernière à l’issue d’une semaine agitée, mais reste plus de 5% en dessous de son record du début d’année et pourrait continuer d’être sous pression ces prochaines semaines. En effet, avec la hausse des rendements obligataires et le ralentissement économique, les actifs risqués, en particulier cycliques, font face à deux vents contrairesimportants.

Bien que les taux longs des Treasuries restent sous leurs plus hauts de l’année dernière, les taux courts s’envolent face aux anticipations croissantes de hausse des taux directeurs des banques centrales, ce qui a pour conséquence d’augmenter le coût de financement des entreprises sur les marchés. Le rendement moyen des obligations des entreprises américaines notées « BBB » a augmenté de 80 bps depuis septembre, passant d’environ 2,25% à 3%.

Sur le plan économique, le ralentissement a commencé depuis le second trimestre 2021 selon les PMI manufacturier et devrait s’accentuer au cours des prochains mois selon le Credit Impulse du G3. L’indicateur, qui reflète l’évolution de la quantité de nouveaux crédits en pourcentage du PIB et qui a tendance à être en avance de 12 mois sur l’activité économique, a plongé au premier semestre de l’année dernière ce qui suggère une nette baisse de l’activité manufacturière au S1 2022.

S&P 500 : les taux obligataires et le ralentissement économique font pression

Les secteurs les plus cycliques, à savoir celui de l’industrie, des matériaux, de la finance et de l’énergie, sont évidemment les plus à risque lorsque l’économie ralentit comme expliqué dans cet article, mais l’ensemble des marchés américains devrait être sous pression et plus volatil.

Avec un coût du capital d’environ 5% (taux obligataires à 3% + dividendes de 1,8%) et des profits à 12 mois estimés actuellement à 227$/action, la juste valeur actuelle du marché est estimée à 4500 points (227/0,05).

Cet environnement de ralentissement économique et de hausse des coûts de financement incite à plus de prudence et à se préparer à des replis plus importants qu’en 2021.

Graphique journalier du S&P 500 réalisé sur TradingView :

S&P 500 : les taux obligataires et le ralentissement économique font pression

Sur le plan de l’analyse technique, le S&P 500 semble vouloir reprendre sa correction depuis la semaine dernière après avoir rebondi jusqu’à 4600 points. Si le marché entreprend une nouvelle jambe de baisse, ce qui est probable pour les raisons expliquées précédemment, cette seconde jambe baissière pourrait se prolonger jusqu’à 4000 points selon les extensions de Fibonacci, ce qui équivaudrait à une correction d’environ 20% par rapport au record du début d’année.

Une correction aussi importante est possible dans un contexte de net ralentissement de l’économie américaine, mais ce serait une opportunité intéressante pour se positionner à l’achat, car une récession semble actuellement peu probable.

Le support à 4200 points sur lequel le marché a rebondi une première fois en septembre, puis à nouveau début février, serait toutefois un support intermédiaire majeur à surveiller.

POURSUIVRE VOTRE LECTURE

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.