Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • Pas d’explosion du nombre de cas mais des foyers de variant delta dans 11 provinces chinoises qui nécessitent des mesures de restriction et vont continuer à peser sur l’activité pendant quelques mois 👇 (surveiller les prochains PMI) https://t.co/XDNdxWWvwR
  • Par son action, la Fed aura donc permis de préserver des millions d’emplois…mais aura aussi « poussé » plusieurs millions d’américains à la retraite via l’appréciation des patrimoines financiers et immobiliers, appréciation liée à sa politique ultra accommodante
  • Près de 3 millions d’américains sont partis plus tôt que prévu à la retraite, pendant la crise Covid, en raison notamment de l’appréciation de leur patrimoine C’est près de la moitié du nombre d’emplois US qu’il reste à récupérer pour revenir au niveau pré-Covid https://t.co/nyISg9Jlez
  • Fed/Powell « Nous surveillons très attentivement la possibilité d’une spirale prix-salaire »
  • L'or chute après le commentaire de Powell : "Nous sommes sur la bonne voie pour entamer une réduction progressive de nos achats d'actifs qui, si l'économie évolue globalement comme prévu, sera achevée d'ici le milieu de l'année prochaine". https://t.co/raYm2lJhJE
  • Bullard, sors de ce corps ! https://t.co/mPpshCEe17
  • A se demander si c’est bien Jerome Powell qui parle… https://t.co/NNNWCb3bvf
  • RT @IGFrance: 🎙 Podcast Bourse Hebdo : Découvrez le récapitulatif macro-économique de la semaine en une dizaine de minutes avec les princip…
  • #Gold : L'horizon se dégage. Le franchissement de la résistance horizontale et la cassure de la borne haute du canal permettent au métal jaune de confirmer un signal technique de reprise haussière. Les prochaines cible se situent à 1 830$ puis 1 850$. $XAUUSD https://t.co/CHMEpgfB72
  • #forex #forextrading #EURUSD ☕ FOREXPRESSO - Analyse Forex du 22 Octobre 2021 avec Cédric Damestoy de... https://t.co/pT5Og7Qz44 via @YouTube
Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

Le CAC 40 est l'indice de performance qui a le plus d'influence dans l'économie française. Fondé en décembre 1987, il s'agit d'un indice boursier qui regroupe les 40 actions françaises les plus importantes au sein d'Euronext Paris. C'est le principal marché de valeurs mobilières en France, et la deuxième plus grande place boursière d'Europe après la Bourse de Londres en termes de capitalisation boursière. Pour tous ceux qui souhaitent jauger les performances des entreprises au sein de la cinquième économie mondiale et de l'Europe, le CAC 40 est un excellent point de départ.

Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

Facteurs actuels affectant le CAC 40

Il faut voir le CAC 40 de la même façon que le Dow Jones utilisé sur le marché boursier américain. L'indice sélectionne les principales actions françaises classées par valeur et par capitalisation boursière – plus de détails dans la suite de cet article. Le tracker CAC 40 doit son nom à la Compagnie des Agents de Change (CAC), l'organisation qui a lancé et géré la Bourse de Paris au début du XIXe siècle.

La relation entre les agents de change et leséchanges financiers remonte à bien plus loin. Certains documents font ainsi état d'une gestion de transactions boursières remontant jusqu'au XVIe siècle. Ses courtiers agréés ont mené des activités commerciales sur la Bourse de Paris pendant des siècles, jusqu'à la dissolution du CAC à la suite de la loi du 22 janvier 1988 sur la réforme des bourses de valeurs.

La CAC a été rapidement remplacé par la Société des Bourses Françaises, laquelle a été mise en place pour surveiller et gérer la Bourse de Paris. cela a été le cas jusqu'à sa fusion avec d'autres bourses européennes de premier plan à Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne à l'automne 2000, qui a entraîné la formation du groupe Euronext.

La tradition du CAC dans les échanges financiers français a toutefois perduré sous la forme d'un nouvel indice national appelé CAC 40. On le connaît en tant qu'indice pondéré en fonction de la capitalisation. La valeur globale de l'indice est influencée par la fluctuation des cours des actions individuelles listées au sein du CAC 40. Les actions qui présentent la capitalisation boursière la plus élevée sont celles qui ont le plus d'influence sur l'ensemble de l'indice. Cela fonctionne de la même façon que d'autres indices boursiers nationaux connus tels que le FTSE 100 et le S&P 500.

La liste des entreprises françaises incluses dans l'Euronext CAC 40 est déterminée chaque trimestre par le comité de pilotage de l'indice. Ce Conseil Scientifique organise des réunions d'évaluation des entreprises du CAC 40 tous les trois mois, afin de classer leurs performances globales au sein d'Euronext Paris. Chaque titre est classé selon sa capitalisation flottante et l'évolution des actions lors des 12 derniers mois de négociations. Le Conseil Scientifique sélectionne ensuite les 40 entreprises les plus performantes, qui forment l'indice Euronext CAC 40. Cet indice fournit un point de référence précis des sociétés françaises, étant donné que la plupart des titres inclus dans le CAC 40 sont des entreprises domiciliées en France.

Il est intéressant de noter ici que l'ancien président, Jacques Chirac, avait mentionné lors d'un discours en 2010 le fait que près de la moitié (45 %) de toutes les actions listées dans le CAC 40 étaient détenues par des investisseurs étrangers : un chiffre plus élevé que tout autre indice européen majeur. Cela signifie concrètement qu'un grand nombre de ces sociétés françaises sont des multinationales qui ne se concentrent pas exclusivement sur le marché intérieur.

Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

Les 10 premières entreprises du CAC 40

Nous vous proposons ci-dessous un aperçu de quelques-unes des principales entreprises et industries cotées en Bourse qui sont incluses dans la liste du CAC 40 au moment où nous écrivons ces lignes. Cela devrait vous aider à mieux comprendre pourquoi l'indice CAC 40 attire tant les traders internationaux :

  1. LVMH (EPA : MC)Capitalisation boursière : 193,5 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 53,65 milliards d'euros en décembre 2019LVMH est l'abréviation de Louis Vuitton Moët Hennessy. Cette société est spécialisée dans une large gamme de produits de luxe, notamment dans le secteur de la mode, des cosmétiques et des vins et alcools fins. Bien que son siège social se trouve à Paris, LVMH possède un certain nombre de filiales qui opèrent dans le monde entier, gérant au total 75 célèbres marques. Tout ceci contribue au revenu annuel global de la société.
  2. L'Oréal (EPA : OR)Capitalisation boursière : 152,8 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 29,87 milliards d'euros en décembre 2019L'Oréal est une composante majeure de l'indice CAC 40. Depuis maintenant plus d'un siècle, la société, dont le siège social se trouve à Clichy, est l'entreprise de cosmétiques la plus influente au monde. Avec plus de 88 000 employés spécialisés dans les soins de la peau et des cheveux, ainsi que dans la parfumerie, ses filiales telles que Maybelline, Garnier et Lancôme sont des noms bien connus aux quatre coins du monde.
  3. Total SE (LON : TTA)Capitalisation boursière : 84,8 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 176,3 milliards de dollars en décembre 2019Mise en place après la fin de la Première Guerre mondiale, la société Total a été créée en mars 1924 sous le couvert de la « Compagnie Française des Pétroles » (CFP). Bien que la CFP, renommée Total en 1985, ait démarré en tant que compagnie pétrolière axée sur la France, elle a depuis acquis des participations dans de nombreuses entreprises et est aujourd'hui considérée comme l'un des sept « supermajors » parmi les compagnies pétrolières mondiales.
  4. Sanofi (EPA : SAN)Capitalisation boursière : 108,2 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 37,6 milliards d'euros en décembre 2019La société anonyme Sanofi a à l'origine été fondée en 1973 et, malgré sa fusion avec Aventis en 2004, la multinationale française continue de jouer les premiers rôles en matière de recherche et développement pharmaceutique, à la fois au niveau des médicaments délivrés sur ordonnance et en vente libre. Sanofi a travaillé à la phase 1 des essais cliniques d'un potentiel vaccin contre le COVID-19, lequel pourrait être autorisé pour une utilisation en cas d'urgence en 2021.
  5. Airbus (EPA : AIR)Capitalisation boursière : 53,9 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 70,4 milliards d'euros en décembre 2019L'intégration d'Airbus au CAC 40 n'est pas vraiment surprenante, étant donné que son siège social opérationnel se trouve à Toulouse et qu'il s'agit du plus grand constructeur d'avions au monde. L'activité principale de la compagnie, à savoir la construction d'avions civils, est menée sous la houlette de sa société française Airbus S.A.S. Ses actions ne sont pas uniquement négociées dans le cadre du CAC 40, elles sont également disponibles sur les bourses allemande et espagnole.
  6. Kering (EPA : KER)Capitalisation boursière : 61,8 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 15,9 milliards d'euros en décembre 2019Création de François Pinault, ce détaillant de produits de luxe s'est considérablement développé au cours des dernières décennies, acquérant des participations majoritaires dans certaines des plus grandes enseignes d'Europe, notamment Gucci et Yves Saint-Laurent. Aujourd'hui, Kering se concentre en particulier sur le développement durable ainsi que les produits de luxe. La société n'hésite pas à acquérir des marques dans le monde entier, avec notamment l'achat de la marque chinoise Qeelin en 2012 et le rachat de la marque britannique Christopher Kane en 2014.
  7. Hermès International (EPA : RMS)Capitalisation boursière : 72,9 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 6,88 milliards d'euros en décembre 2019Fondée en 1837 par Thierry Hermès, il s'agit de l'une des marques françaises de haute couture les plus respectées. Le magazine Forbes l'a classée au 33e rang parmi les marques les mieux cotées au niveau mondial en 2019. Il n'y a rien de surprenant à cela, si l'on considère le fait qu'Hermès possède également une participation de 35 % dans l'emblématique maison de haute couture Jean-Paul Gaultier.
  8. BNP Paribas (EPA : BNP)Capitalisation boursière : 44 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 55 milliards d'euros en décembre 2019Groupe bancaire français bénéficiant d'une influence mondiale, BNP Paribas est le plus grand de l'ensemble de la zone euro. Avec le Crédit Agricole et la Société Générale, BNP Paribas est l'une des trois banques françaises qui sont présentes sur la scène internationale. Aujourd'hui, elle opère dans 72 pays et se classe au huitième rang des banques mondiales en termes d'actifs globaux. BNP Paribas est listée sur Euronext Paris et l'indice Euro Stoxx 50, ainsi que sur le CAC 40.
  9. Air Liquide (EPA : AI)Capitalisation boursière : 64,9 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 21,9 milliards d'euros en décembre 2019Fruit d'un projet d'innovation de Georges Claude, le géant des gaz industriels Air Liquide a vu le jour au début du XXe siècle. Bien que son siège social soit toujours situé à Paris, Air Liquide possède également des divisions importantes dans le monde entier, notamment au Japon, aux États-Unis, en Chine et aux Émirats arabes unis. En termes de revenus annuels, le groupe est à présent le deuxième plus grand fournisseur de gaz industriels au monde.
  10. AXA (EPA : CS)Capitalisation boursière : 40,9 milliards d'euros en août 2020Revenus annuels : 124,9 milliards d'euros en décembre 2019Fondée il y a plus de deux siècles, cette entreprise de services financiers s'est considérablement développée au cours des 50 dernières années, principalement grâce à des acquisitions multiples, parmi lesquelles la Compagnie Parisienne de Garantie, le groupe Drouot et The Equitable. L'assureur est devenu AXA en 1999. À la fin de la dernière décennie, AXA était considérée comme l'une des multinationales les plus influentes et ce, grâce au contrôle exercé par ses sociétés sur la stabilité financière du monde entier.

Un grand nombre des entreprises mentionnées ci-dessus font partie du CAC 40 depuis le début, en raison de leur importance et de leur valeur pour les économies française, européenne et mondiale. Bien sûr, les choses n'ont pas toujours été faciles pour ces entreprises et pour le CAC 40 dans son ensemble. Étant donné que les activités commerciales de ces entreprises sont menées majoritairement en dehors de la France, elles sont souvent vulnérables face aux turbulences liées à l'économie, à la santé et à la politique qui secouent l'Europe et le reste du monde.

Les facteurs suivants ont eu un impact direct sur la valeur globale du CAC 40 durant les 33 années d'existence de l'indice :

Les booms économiques

Lorsque l'économie nationale et mondiale se porte bien, le CAC 40 s'en sort bien. Le CAC 40 a même atteint son niveau record au moment de la bulle Internet en septembre 2000. La bulle s'est formée à la suite des énormes spéculations financières des investisseurs au sein des sociétés Internet, découlant de l'adoption croissante des technologies Internet. Le cours du CAC 40 a suivi la même tendance que d'autres indices majeurs tels que le Nasdaq Composite, un grand nombre des 40 plus grandes multinationales listées sur l'Euronext Paris étant capables de tirer leur épingle du jeu, au même titre que les jeunes entreprises ambitieuses de la Silicon Valley américaine.

Il convient également de noter que les prévisions du CAC 40 ont été particulièrement influencées par les politiques mises en place par la Banque centrale européenne (BCE). La BCE est différente des autres banques centrales telles que la Banque d'Angleterre car elle définit la politique monétaire pour l'ensemble de la zone euro. Par conséquent, les variations de l'euro peuvent venir soutenir ou affaiblir la valeur du CAC 40. Un euro fort et compétitif par rapport aux autres paires de devises majeures représente une aubaine pour les multinationales au sein du CAC 40, leur permettant d'importer plus et à moindre coût depuis les pays en dehors de la zone euro. À l'inverse, un euro plus faible augmente la compétitivité des exportations françaises et de celles partant de la zone euro.

Les séismes politiques

Les marchés financiers et les multinationales apprécient la stabilité. C'est le mot d'ordre pour la plupart des marchés d'actions haussiers. Par conséquent, lorsqu'un pays traverse une période d'instabilité politique ou fait face à un potentiel changement majeur à sa tête, il n'est pas surprenant de voir les prévisions du CAC 40 soumises à l'incertitude et à la volatilité.

Quand on parle de séisme politique, on fait principalement référence à un changement marqué d'idéologie ; en l'occurrence, on pense au risque que la politique budgétaire ou monétaire d'un parti politique soit modifiée par le programme opposé d'un autre parti. L'élection présidentielle de 2017 en France, qui s'est soldée par un duel entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, représente l'exemple le plus parlant de l'impact majeur que peut avoir la politique sur le cours du CAC 40. Dans ce cas, les marchés financiers ont mis un certain temps à accepter le fait que Mme Le Pen, candidate d'extrême-droite, avait une réelle chance de devenir la prochaine présidente de la France. À mesure que la popularité de Marine Le Pen augmentait, l'indice CAC 40 devenait plus instable, moins performant et extrêmement faible par rapport à l'indice DAX allemand.

La raison : la vision politique de Marine Le Pen était, à long terme, de faire sortir la France de l'Union européenne et d'adopter une approche plus nationaliste de l'économie française. Si un tel scénario venait à se réaliser, une révolte des marchés était à craindre, les multinationales du CAC 40 devant alors faire face à davantage de bureaucratie dans le cadre de nouvelles relations commerciales avec le reste de l'UE. Mais c'est finalement Emmanuel Macron qui a remporté l'élection, ce qui a entraîné une nouvelle période de stabilité du CAC 40.

Les crises nationales et internationales imprévues

La première crise internationale majeure qui a marqué l'histoire du CAC 40 est sans aucun doute la récession mondiale de 2008. En 1929, à l'époque où le crash américain de Wall Street avait durement frappé l'Amérique du Nord, la Bourse de Paris avait été nettement moins affectée ; cela avait clairement montré à quel point les deux marchés boursiers fonctionnaient de manière indépendante il y a près d'un siècle. Si l'on avance maintenant à 2008, on se rend compte que l'effondrement de Lehman Brothers a eu des répercussions bien plus importantes sur le cours du CAC 40, car les marchés sont beaucoup plus intégrés du fait du nombre croissant de multinationales françaises.

Nous nous devons également de mentionner les répercussions qu'a la pandémie mondiale de COVID-19 sur le tracker CAC 40 à l'heure actuelle. En fait, le cours du CAC 40 a chuté plus fortement lors des premières semaines de confinement imposées par le gouvernement français pour lutter contre le coronavirus qu'après l'effondrement de Lehman Brothers en septembre 2008. Les perspectives et prévisions de profit ayant été considérablement revues à la baisse par une série de sociétés cotées au CAC 40, il est peu surprenant que l'indice s'en soit finalement si mal sorti.

La pandémie de COVID-19 a également joué un rôle dans la crise pétrolière de cette année : la demande internationale de carburants et de pétrole brut s'est effondrée. Avec les mesures de confinement, la production s'est arrêtée, tandis qu'un ralentissement mondial du transport aérien a également érodé encore plus la confiance dans le secteur. La forte baisse des prix du pétrole et du gaz a durement touché Total, l'une des plus grandes entreprises du CAC 40 en termes de capitalisation boursière ; on comprend donc facilement pourquoi les crises internationales affectant des secteurs spécifiques peuvent également faire varier le CAC 40.

À quel point l'impact de ces facteurs externes est-il important ?

Parmi les trois facteurs externes principaux auxquels l'Euronext CAC 40 est sensible, lequel est le plus à même d'avoir un impact négatif à long terme sur l'indice ? Nous avons classé ci-dessous l'impact de chaque facteur externe sur l'indice CAC 40, de celui qui a le moins d'influence à celui qui en a le plus.

1. Séismes politiques (le moins d'influence)

La façon dont l'économie française doit être gérée : voilà l'un des points les plus discutés à l'approche d'une élection présidentielle en France. Cela ne fait aucun doute, les investisseurs dans les principales multinationales françaises au sein du CAC 40 consultent les programmes politiques respectifs des candidats afin de décider de leur prochain investissement. Le résultat d'une élection politique peut souvent marquer un tournant pour l'avenir des indices boursiers tels que le CAC 40.

Nous avons déjà évoqué la manière dont l'éventualité d'une présidente nationaliste d'extrême-droite, en l'occurrence Marine Le Pen, avait entraîné une grande incertitude parmi les multinationales du CAC 40 ; mais qu'en est-il de l'impact de la victoire d'Emmanuel Macron lors de l'élection de mai 2017 ?

Avant le premier tour de cette élection de 2017, un organisme de sondage influent avait prédit que le candidat centriste Emmanuel Macron était celui qui avait le plus de chances de l'emporter. Plusieurs semaines avant cette annonce, on entendait dire que les Eurosceptiques Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon recueillaient de plus en plus de soutien dans tout le pays. La plus grande peur sur les marchés financiers était de voir un affrontement entre Le Pen et Mélenchon le 7 mai, lequel aurait entraîné une importante cession des actions des banques ainsi que des obligations d'État.

Pendant les deux semaines qui ont entouré le face-à-face entre M. Macron et la dirigeante du Front National, Marine le Pen, le CAC 40 a bondi de 6 %, pour atteindre son niveau le plus élevé en neuf ans. Il a également pris un point de pourcentage le jour de la victoire d'Emmanuel Macron. Cependant, la positivité qui a entouré le CAC 40 a été de courte durée, les actions françaises stagnant ensuite car on misait sur la probable incapacité de M. Macron à mettre en œuvre son programme de réformes.

Plus récemment, l'indice CAC 40 a augmenté de 2,4 % entre le 3 et le 4 novembre 2020, à l'annonce de la victoire de Joe Biden lors de l'élection présidentielle américaine, combinée aux bonnes nouvelles entourant le vaccin de Pfizer. Avec plusieurs multinationales françaises présentes aux États-Unis, la nouvelle approche de l'administration de centre-gauche pour lutter contre la crise du coronavirus aidera ces marques à reprendre pied. Toutefois, la hausse du CAC 40 est également due à l'impasse qui subsiste au niveau du Congrès, laquelle empêche les Démocrates de pouvoir mettre pleinement en œuvre leur série de nouvelles propositions fiscales et réglementaires.

2. Crises nationales et internationales imprévues

La pandémie de COVID-19 représente l'un des plus grands défis mondiaux en un siècle. Les mesures de confinement nécessaires qui ont été prises ont inévitablement entraîné une récession en 2020. Rien qu'en France, l'OFCE estime que le premier confinement à l'échelle nationale a entraîné une baisse de 32 % du PIB. En février 2020, l'Euronext CAC 40 a atteint des sommets de 6 111. Lorsque le président Macron a été contraint d'annoncer un confinement national un mois plus tard, les 40 principales entreprises françaises avaient perdu environ 39 % de leur valeur.

Le 12 mars 2020, on a assisté à la chute la plus forte de l'histoire de la Bourse de Paris, de 566 points. En fait, la chute initiale de la valeur de l'indice CAC 40 a été plus forte que celle qui a suivi l'effondrement de Lehman Brothers qui avait déclenché la récession mondiale de 2008. Bien que l'impact à court terme du COVID-19 sur le classement du CAC 40 ait été plus marqué que la récession de 2008, la réalité est qu'il s'agit ici d'une crise sanitaire et économique plutôt que d'une crise bancaire.

Selon les données de l'OFCE, les perspectives de profit au sein des sociétés cotées au CAC 40 pour 2021 ont été réduites de 13,4 % entre février et mai 2020. Pourtant, l'indice CAC 40 selon Boursorama et d'autres sources financières a chuté de pas moins de 39 % à un moment pendant cette période, signe d'une réaction excessive sur le marché. À l'époque, le coronavirus était une maladie nouvelle et les vaccins semblaient encore bien loin.

Qui plus est, la baisse de l'indice était aussi liée à des turbulences géopolitiques supplémentaires, notamment l'effondrement des prix dans l'industrie pétrolière, qui a vu le prix de l'action Total SE diminuer de plus de la moitié, passant de 50 € en janvier à 21 € mi-mars.

Tout comme le prix de l'action Total, l'indice CAC 40 a montré des signes de reprise au cours des derniers mois, principalement en raison des perspectives positives de vaccins efficaces disponibles en masse d'ici fin 2020 et des discussions sur un retour à une vie normale d'ici le milieu de l'année prochaine. L'indice a rebondi de son niveau le plus bas de 3 754 en mars à 5 476 le 19 novembre : une reprise d'environ 31 % de la valeur globale de l'indice.

3. Boom économique et récession (le plus d'influence)

Au fil des années, le cours de l'indice CAC 40 a évolué de manière similaire à d'autres indices boursiers majeurs du monde entier, en particulier le DAX allemand et le FTSE 100 britannique. Tous les principaux indices ont connu une croissance exponentielle au début du nouveau millénaire, portés par une vague d'automatisations techniques et l'émergence globale d'Internet. Entre 1999 et 2000, l'Euronext CAC 40 a augmenté de 40 %, atteignant son niveau le plus élevé à 6 922 en juillet 2000.

Malgré l'énorme effet positif qu'a eu le boom d'Internet, la fameuse « bulle Internet » a éclaté en 2001, provoquant l'effondrement de nombreuses valeurs technologiques cotées dans des indices tels que le Nasdaq américain. Même des géants de la technologie de pointe bien implantés tels qu'Intel ont perdu environ quatre cinquièmes de leur valeur quand la bulle a éclaté. Le CAC 40 en a également ressenti les effets par ricochet. Ceci, associé aux répercussions des attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New York, a entraîné un recul du CAC 40 de plus de 38 %.

Au Royaume-Uni, l'indice FTSE 100 a chuté de 31,3 % lorsque la Grande récession de 2008 a frappé. Le CAC 40 a suivi le même chemin, enregistrant une baisse encore plus dommageable de 43 % en 2008 – sa pire performance au cours de ses 20 années d'existence. Les valeurs des actions ont perdu des milliards de dollars, y compris les actions du CAC 40. LVMH a vu le cours de son action diminuer de moitié à la fin de 2008.

Quels sont les plus gros problèmes ayant jamais affecté l'économie française ?

Pour vous permettre d'avoir une vision globale de l'économie française et de l'indice CAC 40 depuis son lancement en 1987, nous avons préparé une chronologie des évènements-clés qui ont eu une influence sur la baisse ou la hausse du CAC 40 ainsi que sur les multinationales les plus importantes de France :

Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40
  • 1999 – L'indice est porté par l'arrivée de l'automatisation (hausse de 29 %)Les années 90 et le début du nouveau millénaire ont été révolutionnaires dans le domaine de l'automatisation des machines et de l'intelligence artificielle - sans parler des premiers robots automatisés envoyés sur Mars par la NASA. À la fin des années 90, l'automatisation et l'intelligence artificielle sont devenues intimement liées à la gestion des processus métiers.On commençait aussi déjà à voir un impact sur les principales multinationales françaises cotées au CAC 40. Renault, qui est depuis longtemps le plus grand constructeur automobile de France, a reçu un investissement dans sa filiale d'automatisation robotique de Comau. Cet accord a permis à Renault et au groupe Fiat d'améliorer leur efficacité en termes de châssis et d'assemblage mécanique, Comau devenant la filiale hébergeant l'équipement de fabrication de Fiat. Dans les six mois suivant l'accord, le cours de l'action Renault a augmenté de plus de 65 %, pour atteindre plus de 53 €.
  • 2000 – Niveau record atteint pendant la « bulle Internet » (hausse de 12,5 %)Tout comme le NASDAQ Composite et d'autres indices boursiers majeurs, le CAC 40 a connu une période d'expansion au moment du passage au nouveau millénaire, lorsque la bulle Internet éclata sur le devant de la scène. Autant le NASDAQ que le CAC 40 ont atteint des sommets en 2000, le CAC 40 affichant son niveau record, à 6 922,33. Quelques 20 ans plus tard, ce niveau de prix n'a toujours pas été dépassé.Au plus fort du boom Internet, les start-ups à fort potentiel pouvaient s'ouvrir au public avec une introduction en bourse et garantir des sommes d'investissement conséquentes sans avoir même touché un centime de revenus. De fait, aux yeux de certains investisseurs téméraires, perdre de l'argent était la marque de fabrique d'une start-up Internet à fort potentiel de croissance.
  • 2002/03 – Éclatement de la « bulle Internet » et répercussions mondiales des attentats du 11 septembre 2001 (baisse de 38 %)Malheureusement, nombreuses furent les start-ups Internet à brûler trop rapidement leur capital, ce qui a entraîné un vent de panique sur les marchés boursiers. Même les marques technologiques les plus importantes et les mieux implantées, y compris Dell et Cisco, ont introduit des ordres de « vente » considérables sur le marché. La panique générale qui a suivi a entraîné l'éclatement de la bulle Internet, les marchés boursiers perdant plus d'un dixième de leur valeur totale en l'espace de quelques jours.La capitalisation boursière de nombreuses actions technologiques prometteuses avait tellement diminué que ces dernières finirent par perdre toute valeur. En février 2003, l'indice CAC 40 avait chuté de son niveau record de 6 922,33 à tout juste 2 754. La baisse avait été plus progressive que celle du NASDAQ, mais il s'agissait tout de même d'une baisse. Mais les marchés n'étaient pas seulement confrontés à l'éclatement de la bulle Internet, ils devaient également faire face aux répercussions géopolitiques des attaques terroristes du 11 septembre 2001 à New York.
  • 2004-07 – Reprise économique progressive, soutenue par l'investissement intérieur (hausse de 42 %)Les quatre années qui ont suivi les attentats du 11 septembre (et leurs répercussions mondiales) ainsi que l'éclatement de la bulle Internet ont été marquées par une période de croissance constante, les actions principales du CAC 40 étant consolidées grâce à une amélioration des exportations et de nouveaux investissements dans l'économie française.En fait, la plupart de ces nouveaux investissements provenaient de l'étranger, avec environ 50 % de l'indice CAC 40 détenus hors de la France.
  • 2008-09 – L'indice est touché par la crise des subprimes de la récession de 2008 (baisse de 43 %)À l'été 2007, le tracker CAC 40 était presque revenu à son niveau d'avant la bulle Internet. Il avait à nouveau culminé à environ 6 117, mais l'économie mondiale n'était plus qu'à quelques mois de la catastrophe. 2008 a en effet vu l'arrivée de la Grande récession : c'est à ce moment-là que la crise des subprimes américaine a affecté le monde entier.L'effondrement des principaux indices boursiers en dehors des États-Unis a souligné la globalisation croissante de l'ensemble des principales places boursières. Un nombre croissant de multinationales françaises du CAC 40 se sont retrouvées plus à même d'être affectées par les turbulences venant d'en dehors de l'Europe.
  • 2013 – CAC 40 en hausse, malgré la récession en cours en France (hausse de 11 %)En mai 2013, l'économie française est entrée dans sa deuxième période de récession en l'espace de quatre ans, enregistrant un recul de 0,2 % au premier trimestre 2013 – un recul identique à celui du quatrième trimestre 2012. Pourtant, malgré un taux de chômage record et une confiance des entreprises en berne, l'indice CAC 40 s'est remarquablement bien comporté pendant cette année-là.C'est une preuve supplémentaire que le CAC 40 est devenu un baromètre plus précis de l'économie mondiale, et non plus uniquement de l'économie française. D'autres indices boursiers majeurs tels que le NASDAQ ont connu une croissance soutenue en 2013, tout comme le CAC 40, porté par ses multinationales.
  • 2018 – Retour de la volatilité des marchés internationaux (baisse de 12 %)En comparant les valeurs de fin d'année de l'indice CAC 40 entre 2017 et 2018, on a pu constater une baisse annuelle de 12 %. Cela a marqué la première année d'une baisse soutenue de la capitalisation boursière des principales actions du CAC 40 depuis 2011. Le retour de la volatilité des marchés boursiers a été largement dû à la hausse des taux d'intérêt aux États-Unis et à la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, les deux superpuissances économiques mondiales.Fin 2018, les investisseurs étrangers détenaient toujours bien plus des deux cinquièmes (42,2 %) de la capitalisation boursière totale des entreprises du CAC 40, avec une valeur combinée de 557 milliards d'euros.
  • 2020 – Début de la pandémie de COVID-19 causant des dégâts à court terme (baisse de 39 %)L'arrivée du COVID-19 en France et dans le reste de l'Europe continentale a déclenché la plus forte baisse quotidienne de l'Euronext CAC 40 dans l'histoire de l'indice. Il a ainsi chuté d'un impressionnant total de 566 points, soit l'équivalent d'une baisse de 13 % en l'espace de 24 heures. L'indice s'est effondré jusqu'à 3 754 le 18 mars, soit une chute de 39 % par rapport à son niveau le plus élevé de 6 111 en février, lorsque les restrictions liées au confinement sont entrées en vigueur sur le continent.
Classement des principaux facteurs affectant les performances du CAC 40

La forte baisse du CAC 40 a également été due à la crise pétrolière mondiale qui a suivi le premier confinement lié au COVID-19. Heureusement, la perspective réjouissante de plusieurs vaccins contre le coronavirus en 2021 et d'un retour à une vie plus normale a aidé les multinationales françaises à planifier les 12 prochains mois avec davantage de certitudes. En novembre 2020, le CAC 40 a récupéré environ 80 % de la valeur perdue en mars.

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.