Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

Guides de trading gratuits
EUR/USD
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • Forex Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui 🇨🇦CAD : 0,29 % 🇳🇿NZD : 0,28 % 🇦🇺AUD : 0,16 % 🇨🇭CHF : -0,17 % 🇪🇺EUR : -0,19 % 🇯🇵JPY : -0,19 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#currencies https://t.co/frfNjgBJt2
  • Matières Premières Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Pétrole WTI : 0,15 % Argent : 0,12 % Or : -0,41 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#commodities https://t.co/4hb2FAk1XN
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/QCLLXvMt6l
  • 14 sénateurs américains demandent au Département de la Justice, au FBI, à la SEC et à la CFTC d’enquêter sur des rumeurs d’opérations de marchés réalisées juste avant les décisions prises par l’administration Trump... https://t.co/ipqdqpomNA
  • Indices Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui S&P 500 : -0,01 % Dow Jones : -0,01 % Dax 30 : -0,02 % CAC 40 : -0,08 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#indices https://t.co/VaUUuD43a5
  • Matières Premières Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Argent : 0,03 % Pétrole WTI : 0,00 % Or : -0,41 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#commodities https://t.co/AtBAVAR5ek
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/sQXzSo2KlJ
  • Indices Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui S&P 500 : 0,57 % Dow Jones : 0,08 % Dax 30 : -0,10 % CAC 40 : -0,13 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#indices https://t.co/mdSrb1S9Bf
  • Lighthizer tempère l’excitation de Kudlow U.S. TRADE REPRESENTATIVE LIGHTHIZER SAYS U.S. TARGET IS TO HAVE PHASE ONE TRADE DEAL WITH CHINA BY TIME OF CHILE APEC SUMMIT, BUT STILL SOME ISSUES TO RESOLVE (via RTRS)
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/aufBIqnHi8
Le carburant d'une guerre de devise, partie 2

Le carburant d'une guerre de devise, partie 2

2013-02-07 16:10:00
James Stanley, Stratégiste Devises
Share:

Résumé de l'article : Afin d’empêcher un autre effondrement financier, les principales banques centrales au monde ont entrepris des efforts d'intervention massive pour stimuler l'économie. Cet environnement a été surnommé ‘La guerre mondiale des devises.’ Dans notre dernier article, nous avons examiné ce qui arrive à une économie lorsque la valeur d'une devise augmente. Dans cet article, nous examinons pourquoi une économie pourrait vouloir regarder dans l'autre direction.

Dans notre dernier article, nous avons examiné comment une devise qui augmente en valeur peut être source de complications supplémentaires considérables pour une économie.

Pour une économie qui exporte beaucoup, une hausse de la devise peut rendre les produits exportés plus chers dans les pays étrangers. Alors que ces produits deviennent plus chers dans les pays étrangers, les consommateurs de ces économies pourraient envisager différentes décisions d'achat pour des produits moins coûteux, pourtant similaires. La baisse des ventes due à ces prix élevés peut ravager une économie, comme ce qui a été observé au Japon ces 20 dernières années. Nous avions déjà évoqué de telles situations dans l'article, Comment une devise peut changer le monde.

Comme vous pouvez l'imaginer, rare sont ceux qui se félicitent d'une telle situation. Une entreprise peut produire des produits meilleurs, plus efficacement, et pourtant être confrontée à des problèmes parce que la valeur de la devise de son pays augmente. Beaucoup de grandes sociétés font face à des situations difficiles, et une forme d'impuissance peut commencer à s'infiltrer parce que peu importe ce que fait la société, la valeur croissante de la devise peut rendre les opérations d'exportation de plus en plus difficile.

Pourquoi "le faible" est le nouveau "fort"

Cela a conduit à l'attitude répandue de tenter de dynamiser l'autre côté de la médaille : des nations affaiblissant artificiellement leur propre devise afin de rendre leurs produits moins chers à l'étranger. L'espoir est que les ventes des exportations peuvent augmenter suffisamment pour commencer à fournir de la croissance à l'économie, ce qui, éventuellement, peut conduire à une hausse des taux d'intérêts et à une économie beaucoup plus saine.

Il suffit de regarder la performance récente du Japon pour voir comment ces effets peuvent fonctionner ensemble. Comme les résultats des élections japonaises devenaient plus imminents, avec Shinzo Abe reprenant la fonction de Premier ministre au Japon, avec une campagne menée sur un postulat de réforme économique, les marchés ont affiché la réaction idéale à un régime d'affaiblissement de la devise. Cela est désormais connu comme une relation en 2 parties, surnommée le ‘Abe Trade.’

La première partie de l'"Abe Trade", est un affaiblissement continu du yen. Le graphique de l'EURJPY,ci-dessous, montre la nette hausse du prix observée dans la paire depuis que les traders ont commencé à prendre en compte l' "Abe Trade", (et puisque le ¥ est la contre-devise de la paire, cela équivaudrait à une faiblesse du ¥ et un € fort.)

fuel_of_a_currency_war2_body_Picture_3.png, Le carburant d'une guerre de devise, partie 2

Créé avec Marketscope/Trading Station II

Entre-temps, nous avons vu la valeur du Nikkei augmenter très rapidement et dépasser les plus hauts de 4 ans et plus, avec des prix que nous n'avions pas vu depuis l'effondrement de l'indice pendant la débâcle financière.

fuel_of_a_currency_war2_body_Picture_2.png, Le carburant d'une guerre de devise, partie 2

Créé avec Marketscope/Trading Station II

Donc cette relation est tout à fait logique : Comme le Yen perdait de sa valeur, il a été plus facile pour les étrangers d'acheter des marchandises. Les ventes additionnelles de ces marchandises font augmenter les prix des marchés actions comme les entreprises japonaises peuvent commencer à essayer de dépasser les estimations antérieures. Pour l'instant, le 'Trade Abe' s'est révélé être positif pour l'économie japonaise.

Pas mal, n'est-ce pas ? En fait, ça a l'air tellement positif que toutes les économies souhaiteraient s'y engager pendant les périodes difficiles. C'est là que la situation peut se compliquer.

Naissance d'une guerre des devises

Le monde s'est retrouvé en situation difficile en 2008, et il y est toujours. La bulle immobilière des États-Unis s'est répandue dans le monde entier, et a déclenché une situation encore plus difficile en Europe, situation qui à ce jour est non seulement non résolue, mais qui reste de plus très loin des changements structurels qui, pour de nombreux économistes, sont nécessaires au succès à long terme de la zone euro (en parlant principalement d'un élément d'unification permettant que de telles situations soient traitées de façon adaptée si elles se reproduisent).

À la suite de l'effondrement financier, les États-Unis ont mis en place la première série d'assouplissements quantitatifs. Cela consiste à émettre des dollars pour acheter des obligations. Ce sont des nouveaux dollars, venus de nulle part, et sans valeur additionnelle propre. Une telle action a comme fonction technique de dévaluer une devise, puisque cela revient à imprimer plus de monnaie sans créer de valeur ajoutée.

Le mouvement correspondant devait aller dans le sens d'une dévaluation considérable du dollar US, et c'est bien ce qui s'est produit.

fuel_of_a_currency_war2_body_Picture_1.png, Le carburant d'une guerre de devise, partie 2

Créé avec Marketscope/Trading Station II

La première série de QE a bel et bien contribué à empêcher l'économie d'imploser encore plus en 2008, mais malheureusement, elle n'a pas produit exactement le changement que beaucoup espéraient pour le chômage et la croissance économique. Et donc, les États-Unis se sont engagés dans une deuxième série d'assouplissements quantitatifs, appelée "QE 2". Elle a représenté une dévaluation supplémentaire du dollar US, et les devises comme l'euro, l'aussie, le kiwi, et même le yen ont pris de la valeur contre le billet vert.

Comme nous en avons parlé dans notre dernier article, cette augmentation de valeur n'a servi qu'à ajouter une pression supplémentaire sur ces économies, alors que le monde essayait tant bien que mal de se dépêtrer de la crise financière. Comme vous pouvez vous l'imaginer, ces économies n'ont pas apprécié le fait qu'un environnement déjà difficile soit devenu encore plus rude... Et c'est là que commence la "guerre des devises".

Les États-Unis ont dévalué le dollar US, ce qui engendré une pression sur les exportateurs japonais ; les responsables de la banque centrale du Japon ont donc décidé d'agir pour affaiblir le yen. Deux des plus grandes économies au monde se sont ainsi engagées dans une course, chacune essayant d'affaiblir sa devise davantage que son voisin de l'autre côté du Pacifique.

Mais la guerre des devises ne s'arrête pas là, comme les autres économies veulent rester compétitives par rapport à leurs voisins de plus grande taille, qui mettent en oeuvre des politiques de dévaluation. La Chine utilise une politique de "taux fixe flottant", dans laquelle le yuan suit approximativement le dollar US. Ainsi, si le dollar US baisse artificiellement à cause de la politique monétaire, le yuan le suit. Cette action peut aider les marchés chinois, et par suite les marchés australiens et néo-zélandais, dont les fortes relations commerciales avec la Chine peuvent créer des corrélations importantes avec le géant asiatique.

L'Europe est dans une situation plus précaire, comme elle ne peut pas encore pendre la décision d'imprimer de nouveaux euros. Ceci souligne le fait que des réformes structurelles sont nécessaires à la viabilité à long terme de l'économie unique. Il y a 27 pays gouvernés par la même politique monétaire, et très peu de flexibilité pour compenser de telles actions de la part d'autres gouvernements et économies.

De plus, l'Europe se retrouve dans une position peu enviable, celle de voir une hausse de sa monnaie dans un environnement dans lequel une grande partie de son économie continue de faire face à des difficultés. Le chômage est à plus de 25% en Espagne, et pour ceux qui ont moins de 25 ans, les chiffres ont déjà été estimés à des niveaux supérieurs à 60%. Le chômage est à plus de 11% en Italie, la 3e plus grande économie du bloc monétaire, qui semble proche de réélire un politicien déjà condamné pour fraude. Ce qui est peut-être plus troublant encore, c'est que M. Berlusconi a promis de revenir sur les réformes menées en Italie, qui ont en grande partie permis à ce pays d'éviter une catastrophe économique sous le gouvernement de Mario Draghi.

Les conséquences de ces actions peuvent être catastrophiques, et pourtant l'euro continue de s'apprécier, et d'atteindre de nouveaux plus hauts contre les devises comme le dollar US et le yen.

C'est une guerre des devises ; et nous n'en sommes pas au tout début, elle a commencé depuis un certain temps déjà. Les enjeux viennent encore d'augmenter, comme le Japon est maintenant très engagé dans une dévaluation monétaire continue, et plus la valeur de l'euro sera élevée (ou plus il semblera que l'Europe s'éloigne de la crise économique), plus les enjeux seront élevés.

Dans notre prochain article, nous analyserons les conséquences possibles, en nous concentrant sur les scénarios les plus importants et les plus probables, pour voir comment nous pouvons construire une stratégie de trading dans un environnement aussi unique et intéressant.

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.