Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

Guides de trading gratuits
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • Seuls 11% des Américains ont mentionné que les pb éco. étaient les plus importants pour le pays, contre 86% au plus bas de la crise vers mars 2009 Ce n'est pas un signal baissier, simplement un signal d'alerte. (Cela fait 2 ans que moins de 20% des Américains sont inquiets) https://t.co/y7oLUdfNVq
  • Chine Ventes de voitures = encore -4% en octobre y/y 16ème mois de repli consécutif Ventes de voitures à énergies nouvelles (NEV) —> -45% en octobre y/y
  • ouch... Chine : nouveaux prêts en yuan = 661 milliards Précédent : 1690 milliards Consensus : 800 milliards Plus faible montant depuis fin 2017
  • Hang Seng Index -2.6% CSI300 -1.8% Shanghai Composite -1.8%
  • RT @NorthmanTrader: It's almost as if between financial engineering via buybacks, market engineering via the Fed and bad news engineering v…
  • Chine Plus fort repli des prix à la production en plus de 3 ans et en contraste, plus forte hausse de l’inflation (IPC) en 8 ans, tirée par les prix de l’alimentaire (dont le porc) Et donc des interrogations concernant la marge de manœuvre des autorités pour stimuler la demande https://t.co/rQaiqP9bv1
  • Charabia https://t.co/cdAvrixtbn
  • Trump indique que les informations sur le degré d’annulation des taxes sur la Chine sont « incorrectes » Et indique que l’accord avec la Chine « doit être le bon » hum...
  • Les deux dernières fois que le pourcentage de banques américaines qui resserrent les conditions de crédit consommation était sur ces niveaux, pendant un cycle de baisse de taux de la FED, l’économie américaine entrait en récession... https://t.co/Sge1dSlEok
  • Pourquoi 90% des traders perdent en bourse ? https://t.co/4BglsaLC8h
La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

Share:

La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

Par Ilya Spivak, Stratège devises principal et John Kicklighter, Stratège devises en chef

La majeure partie de ce qui arrivera à la livre sterling en 2017 dépendra de la mise en œuvre des conséquences du référendum sur le Brexit. Les marchés disposeront de munitions utiles à la spéculation, depuis l’initiation officielle du processus qui tirera le Royaume-Uni hors de l’Union Européenne et depuis les négociations qui s’ensuivront jusqu’à l’influence indirecte des incertitudes sur l’économie.

Le Premier Ministre Theresa May veut déclencher l’application de l’article 50 du Traité de Lisbonne qui lance le compte à rebours du retrait hors de l’UE d’ici la fin du premier trimestre. Avant que cela ne se produise, la Cour suprême du Royaume-Uni rendra une décision, attendue fin janvier, qui déterminera si le Parlement doit entériner le mouvement.

Cette étape représente un point d’inflexion essentiel. Si la législation formelle doit être élaborée et adoptée, le processus peut être retardé bien après l’échéance fixée par Mme May. En fait, ce qui est inconcevable est que si le Brexit reste bloqué dans le corps législatif essentiellement en faveur du Rester, le problème devra être réglé par une nouvelle élection (bien que cela semble vague).

Les marchés passeront sans doute les trois premiers mois de l’année à essayer de deviner à quoi tout cela ressemblera. Dans ce contexte, l’économie du Royaume-Uni commencera probablement à démontrer l’incidence des incertitudes après référendum. Cela recouvrira les aspects politiques de la situation avec des spéculations sue l’orientation de la politique de la Bank of England.

Le Royaume-Uni s’est beaucoup mieux tiré d’affaires que prévu après la victoire de la campagne des partisans du Sortir au référendum. Une grave crise de l’activité économique tout de suite après le vote à cédé le pas à un rétablissement. Les données de surveillance des PMI suggèrent que la croissance s’est poursuivie à son rythme le plus rapide au cours des 10 mois avant décembre 2016.

Cependant, voir la conséquence du vote allait toujours prendre du temps. Les entreprises ne peuvent pas ajuster les niveaux de production et des effectifs instantanément. Mettre en œuvre et renégocier les obligations contractuelles prend du temps, aussi cela fait sens que cela prenne des mois pour que les préoccupations des entreprises à propos des changements inspirés par le Brexit agissent sur le comportement économique sur le terrain.

Des signes précoces semblent suggérer que le négativisme commence à émerger. Le flux des informations économiques du Royaume-Uni entraîne une dégradation continue des prévisions de relatives à consensuelles depuis début octobre (selon les données de Citigroup), ce qui suggère que les modèles des analystes s’avèrent être plus prometteurs que les conditions réelles ne le garantissent.

À ce stade, les investisseurs semblent essayer de miser sur le taux d’inflation nécessaire pour dépasser la cible de la BoE afin que la banque centrale calme la relance. Si les données récentes du Royaume-Uni s’avèrent avoir présagé une crise, la spéculation sera plutôt axée sur les probabilités selon lesquelles Mark Carney and company devra encore assouplir les conditions.

Une voie plus compliquée vers l’activation officielle du Brexit, plus particulièrement une qui prolonge le processus au-delà de l’échéance du Premier Ministre, est susceptible d’amplifier les effets modérateurs des incertitudes sur l’économie. Cela augure décidément mal pour la livre sterling par rapport aux devises avec un contexte de politique plus indulgente, plus particulièrement le dollar US.

Le sterling peut mieux s’en tirer dans les cas où les retombées négatives du Brexit sont au moins aussi prononcées qu’au Royaume-Uni mais encore sous-représentées dans les prix des actifs. Cela est le plus manifestement évident dans la paire EUR/GBP, qui est montée en flèche après le référendum en dépit de la probabilité que son effet dissuasif sera appliqué des deux côtés de la Manche.

La performance par rapport au Yen peut être décidée en dehors des frontières du Royaume-Uni. Si la politique fiscale des US est aussi expansionniste que ce que les marchés ont suspecté après l’élection présidentielle, l’augmentation des rendements US se répercutera dans les coûts mondiaux de financement, stimulant la demande d’opérations spéculatives. Cela pèse sur l’unité japonaise par rapport à tous les essentiels du G10FX, incluant la livre.

Données techniques : GBPUSD pousse les extrêmes

GBPUSD trimestriellement

La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

Graphique GBPUSD trimestriellement (3M) - Créé par John Kicklighter, Stratège en chef avec Trading View Charts sur DailyFX.com

En entrant dans le quatrième trimestre, j’avais mis en évidence la fourchette de la paire GBP/USD entre 1.2800 et 1.3600. La tendance dominante était certainement baissière, mais un autre développement du mouvement déjà extrême nécessiterait une conviction toujours plus exceptionnelle. Un crash éclair inattendu de la livre début octobre et un retournement de tendance renouvelé du dollar après l’élection présidentielle ont eu un effet adapté. À l’entrée dans 2017, la question est de savoir si nous pouvons continuer à tirer encore et encore sur la corde. En observant le graphique trimestriel de la paire, nous voyons combien cela serait difficile statistiquement. Nous devons observer un graphique avec cette proportion du contexte historique pour apprécier le fait que nous sommes sur un plus bas de trois décennies. Au-delà de ça, nous découvrons que la paire GBP/USD a baissé pendant six trimestres consécutifs, cela n’est que la troisième fois que ça se produit et chaque cas antérieur marquait un tournant décisif. De plus, cette impulsion représente un déclin qui est de plus de deux écarts type au-dessous de la moyenne sur 20 trimestres (5 ans).

GBPUSD journalier

La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

Graphique journalier de GBPUSD - Créé par John Kicklighter, Stratège en chef avec Trading View Charts sur DailyFX.com

À une échelle plus facile à gérer, le graphique journalier des trois derniers trimestres montre les niveaux techniques plus immédiats qui joueront le rôle de jalons au cours des trois premiers mois de l’année. Vers le bas, la baisse du « crash éclair » autour de 1.1900 est l’étirement absolu avant que de nouveaux plus bas sur plusieurs décennies n’opèrent le transfert de la notion d’importance vers la dynamique plutôt que vers des niveaux spécifiques. La hausse est beaucoup mieux cadrée. Le support à 1.2800 au cours du troisième trimestre de 2016 est le premier obstacle avec la zone à 1.3500 touchée après le Brexit qui représente une résistance beaucoup plus conséquente.

Indice journalier de la livre à pondération égale

La livre définit une feuille de route disparate par rapport aux principales devises au début 2017

GBPUSD journalier Graphique journalier de de l’indice de pondération égale de la livre - Créé par John Kicklighter, Stratège en chef avec Trading View Charts sur DailyFX.com

En observant la paire GBP/USD, il est important de prendre en compte le fait que le dollar jouera un rôle perturbateur en ce qui concerne là où le marché se dirige. Cependant, il est intéressant de considérer la livre en relief pour obtenir un appui technique. Au-dessus se trouve l’indice à pondération égale des sept opérations croisées les plus liquides basées sur le sterling (incluant la paire GBP/USD). Cette impulsion a permis des baisses parallèlement extrêmes, mais l’impulsion a été étonnamment plus régulière. Après une consolidation étendue et rigoureuse en octobre et novembre de cette année écoulée, un effort pour inverser la tendance fut fait. La brèche dans le 1.5000 de ce synthétique serait un jalon important avec la moyenne à 100 jours comme un second signal pour un retournement plus solide.

Écrit par Ilya Spivak, Stratège devises principal et John Kicklighter, Stratège devises en chef pour DailyFX.com

Nous avons mené une étude complète afin d'identifier les caractéristiques des traders à succès et nous les avons compilés dans un dossier de 26 pages nommé les caractéristiques des traders à succès. Apprenez les 3 caractéristiques principales des traders à succès ICI.

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.