Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Bitcoin
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
L'euro handicapé par la BCE et le NFP - Est-ce que les rapports du PIB du T3 vont confirmer les peurs?

L'euro handicapé par la BCE et le NFP - Est-ce que les rapports du PIB du T3 vont confirmer les peurs?

2013-11-09 10:40:00
Christopher Vecchio, CFA, Senior Strategist
Share:
Euro_Hobbled_by_ECB_NFPs_Will_3Q_GDP_Reports_Confirm_Fears_body_Picture_1.png, L'euro handicapé par la BCE et le NFP - Est-ce que les rapports du PIB du T3 vont confirmer les peurs?

Prévisions fondamentales pour l'euro : neutres

- L'EURGBP baisse et se maintient au support clé en dépit de mauvaises données de la zone euro, baisse des taux de la BCE.

Des données américaines meilleures que prévues (PIB du T3 de 2013, NFP d'octobre) à la fin de la semaine ont empêché l'EURUSD de bouger.

DailyFX

Le momentum haussier de l'euro qui est en place depuis juillet - à la fois fondamentalement et techniquement - s'est évaporé cette semaine après que la Banque centrale européenne eut surpris les opérateurs avec une baisse de taux de 25 pdb. Avec le taux principal de refinancement de la BCE qui est maintenant à un plus bas historique - et au même niveau que le taux principal de la Réserve fédérale - tout avantage de carry que l'euro aurait pu avoir contre les devises refuges a diminué, ce qui fait du mal à l'attrait de la monnaie unique.

La décision de la BCE de baisser le taux vient à un moment étrange, les opérateurs s'attendant généralement à aucun changement de politique (les marchés du crédit pensaient à une probabilité de 4.1% d'une baisse de taux avant la réunion). La croissance périphérique est restée faible au cours des derniers mois, mais pas aux plus bas; donc dire que cette décision de politique était faite pour aider l'Italie ou l'Espagne, par exemple, est un peu excessif. Si l'on regarde les données allemandes, cependant - l'IPC en glissement mensuel est à -0.2% pour octobre - on voit que la baisse des taux de la BCE est plus ou moins une réaction à un ralentissement de l'économie allemande.

Ironiquement, la faiblesse de l'euro au cours des deux dernières semaines pourrait aider à soulager les pressions anti-inflationnistes et déflationnistes qui commencent à toucher la région. De plus, une devise plus faible fera que les exportations périphériques sembleront moins chères pour les étrangers, comme le différentiel de taux fait passer le pouvoir d'achat à l'étranger. Plusieurs mois d'un euro moins cher aideront la région à augmenter son coussin économique (même si les gains sont superficiels en conséquence des guerres de dévaluation de devises actuelles).

Dans le même temps, l'impact du dollar US sur l'euro cette semaine ne peut être écarté. Les chiffres du PIB du 3ème trimestre 2013 et le NFP d'octobre ont exorcisé les démons de la fermeture du gouvernement US, provoquant une sensible hausse des rendements des bons du trésor à la fermeture vendredi. Avec un “ventre” de la courbe des taux US dont la pente s'accentue, il apparaît que les marchés commencent à appréhender une réduction du QE3 en décembre. En conséquences de ces événements et de la réunion de la BCE, les différentiels de taux d'intérêts - plus faibles dans la zone euro qu'aux États-Unis – devrait favoriser une pression baissière sur l'EURUSDdans les prochaines semaines.

A l'avenir, nous avons des données de la zone euro cette semaine qui auront un impact immédiat sur la psychologie du marché après la BCE. Avec les peurs de déflation bien présentes, les différents chiffres du PIB qui sortent cette semaine (entre autres) confirmeront ou infirmeront ces problèmes, ce qui offre une opportunité de résultats à la fois positifs ou négatifs pour l'EUR.

Mardi, le rapport final de l'IPC allemande d'octobre va sortir, et une confirmation que l'indicateur mensuel reste à des niveaux déflationnistes (-0.2% prévu) laissera la porte ouverte à de nouvelles politiques accommodantes à l'avenir: la décision de politique cette semaine a bien montré que la BCE a l'intention de baser sa politique seulement sur l'Allemagne (autrement le taux principal aurait baissé il y a longtemps). Sans des indicateurs monétaires allemands qui indiquent une déflation, d'autres politiques d'assouplissement - une autre baisse de taux, un autre LTRO - sont très improbables. C'est pour les vendeurs de l'euro que les données allemandes, plus que pour d'autres pays, continuent de rester sous pression.

Le ralentissement de l'inflation régionale a créé des inquiétudes aussi rapidement à cause des implications pour la croissance: une faible inflation dans les pays développés coïncide historiquement avec un ralentissement de la demande. Mercredi, trois indicateurs de croissance vont cristalliser ces perspectives. Les chiffres du PIB français, allemand, et de la zone euro pour le T3 de 2013 devraient tous être peu convaincants.

La négativité est peut-être intégrée - après tout, la BCE a baissé son taux principal. Le risque pour l'euro pourrait alors être vers le haut: des chiffres meilleurs que prévus créeront plus d'enthousiasme que des chiffres moins bons. (Très similaire au sentiment qui entoure le dollar avant le NFP d'octobre, mais pas aussi intense.) En conséquence, alors que nos perspectives à moyen et plus long terme deviennent plus baissières pour l'euro, nous devons être conscient des risques à court terme vers le haut. -CV

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.