Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

Guides de trading gratuits
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • Seuls 11% des Américains ont mentionné que les pb éco. étaient les plus importants pour le pays, contre 86% au plus bas de la crise vers mars 2009 Ce n'est pas un signal baissier, simplement un signal d'alerte. (Cela fait 2 ans que moins de 20% des Américains sont inquiets) https://t.co/y7oLUdfNVq
  • Chine Ventes de voitures = encore -4% en octobre y/y 16ème mois de repli consécutif Ventes de voitures à énergies nouvelles (NEV) —> -45% en octobre y/y
  • ouch... Chine : nouveaux prêts en yuan = 661 milliards Précédent : 1690 milliards Consensus : 800 milliards Plus faible montant depuis fin 2017
  • Hang Seng Index -2.6% CSI300 -1.8% Shanghai Composite -1.8%
  • RT @NorthmanTrader: It's almost as if between financial engineering via buybacks, market engineering via the Fed and bad news engineering v…
  • Chine Plus fort repli des prix à la production en plus de 3 ans et en contraste, plus forte hausse de l’inflation (IPC) en 8 ans, tirée par les prix de l’alimentaire (dont le porc) Et donc des interrogations concernant la marge de manœuvre des autorités pour stimuler la demande https://t.co/rQaiqP9bv1
  • Charabia https://t.co/cdAvrixtbn
  • Trump indique que les informations sur le degré d’annulation des taxes sur la Chine sont « incorrectes » Et indique que l’accord avec la Chine « doit être le bon » hum...
  • Les deux dernières fois que le pourcentage de banques américaines qui resserrent les conditions de crédit consommation était sur ces niveaux, pendant un cycle de baisse de taux de la FED, l’économie américaine entrait en récession... https://t.co/Sge1dSlEok
  • Pourquoi 90% des traders perdent en bourse ? https://t.co/4BglsaLC8h
Les risques entourant l'euro sont tournés vers la baisse avant la BCE et le rapport NFP

Les risques entourant l'euro sont tournés vers la baisse avant la BCE et le rapport NFP

2013-08-31 05:22:00
Christopher Vecchio, CFA, Stratégiste Devises senior
Share:
Euro_Risks_Weighted_to_Downside_Ahead_of_ECB_NFPs_body_Picture_1.png, Les risques entourant l'euro sont tournés vers la baisse avant la BCE et le rapport NFP

Prévisions fondamentales pour l'euro : neutres

  • L'euro continue de rencontrer des difficultés, malgré de nouveaux signes d'amélioration de la croissance.
  • La BCE maintiendra sa politique jeudi, c'est la conférence de presse qui sera particulièrement importante.
  • Quoi qu'il arrive au niveau de la BCE, le rapport NFP américain de vendredi aura le dernier mot quant à l'avenir de l'EURUSD.

L'euro a pris l'avant-dernière place cette semaine, dépassant le dollar australien de seulement +0.24%. Alors que l'aversion au risque s'empare du globe (avec en toile de fond la hausse des tensions entre les États-Unis et la Syrie), ce sont les “valeurs refuges” traditionnelles qui ont été les plus performantes parmi les devises analysées par DailyFX Research. L'EURUSD a chuté de -1.21%, pour clôturer la semaine à $1.3220, et l'EURJPY a reculé de -1.78% pour atteindre ¥129.80.

La monnaie unique a été frappée de baisses répétées, alors que les signes indiquant une amélioration des perspectives de croissance dans la région ne sont pas parvenus à attirer les acheteurs. Sachant que l'euro est resté à des niveaux élevés ces dernières semaines mais a récemment rencontré des difficultés alors que les données sont plus favorables, il semble que la monnaie unique (et plus généralement l'Europe entière) soit devenue une valeur refuge à court terme alors que les marchés émergents plongent.

Même si les craintes entourant les marchés émergents ne disparaîtront pas de sitôt, il est clair que le risque lié à l'euro est orienté à la baisse : les données solides ne parviennent pas à inspirer de nouveaux gains, et les nouvelles même légèrement décevantes attirent de plus en plus les vendeurs. Cette semaine, alors que la première révision du PIB T2 2013 de la zone euro sera publiée et que l'on ne prévoit aucun changement dans les chiffres (+0.3% prévu en glissement trimestriel, -0.7% en glissement annuel, aucun changement), il est peu probable que l'euro bénéficie d'une poussée de la part des données "organiques".

Ce second thème (le fait que l'euro ne profite pas des signes indiquant une reprise générale) refera surface à plusieurs reprises au cours de la semaine, alors que les chiffres PMI finaux d'août seront publiés pour les grandes économies de la zone euro. De même que pour les chiffres du PIB mercredi, ces données, malgré leur penchant positif, ne feront sans doute pas grand-chose pour déclencher un élan haussier.

En effet, il y aura deux grands thèmes cette semaine pour l'euro, l'un interne et l'autre externe. Jeudi, les problématiques internes seront sur le devant de la scène, puisque la Banque centrale européenne dévoilera sa dernière décision de politique en date. On prévoit un maintien général, avec le taux principal à 0.50% et le taux de dépôt à 0.00% (pas de baisse vers un taux d'intérêt négatif, donc). Toutefois, ce premier thème (le degré d'engagement des remarques du président de la BCE Mario Draghi vis-à-vis de l'inflation et de la croissance du crédit) pourrait avoir une influence négative sur l'euro.

La BCE, comme la plupart des banques centrales des économies développées, utilise l'inflation comme un indicateur de température de l'activité économique ; lorsque celui-ci pointe à +2% au niveau annuel, cela signifie pour la BCE que ses politiques fonctionnent de façon optimale. Lorsque l'inflation est à ce niveau de +2% annuel, l'économique croissance est modérée, elle n'est pas trop rapide et ne génère donc pas une hausse incontrôlée des prix ; une inflation modérée signifie que la banque centrale peut maintenir ses taux d'intérêts à des niveaux assez faibles pour soutenir une croissance du crédit. C'est pour cela que les données de l'inflation de la semaine dernière sont si inquiétantes pour l'euro, note notre stratège de devises Ilya Spivak.

Je suis du même avis que mon collègue, mais je pense que les implications concernent plus la croissance du crédit que l'inflation ; après tout, l'Allemagne déteste l'inflation et se félicite certainement que les craintes hyper-inflationnistes ne se soient pas manifestées, dans le contexte actuel d'assouplissements monétaires apparemment sans fin.

La croissance du crédit était l'une des préoccupations principales du président de la BCE M. Draghi, lors de la dernière conférence de presse d'après réunion, et ce malgré les signes indiquant que la croissance avait effectué un virage vers la hausse (c'est un fait, mais la croissance du crédit reste faible). En effet, un rapide examen des liquidités en excès en zone euro montre que les chiffres des capitaux sont retombés aux niveaux observés avant le LTRO1, qui rappelons-le, avait généré des injections de liquidité atteignant au total plus de 1,000 milliards d'euros entre le 21 décembre 2011 et le 29 février 2012. Par conséquent, même si la BCE ne souhaite pas baisser à nouveau ses taux compte tenu de la hausse à court terme des perspectives de croissance, elle envisage peut-être de mettre en œuvre de nouvelles injections de liquidités, afin de stimuler la croissance du crédit (ce qui ferait souffrir l'euro).

Alors que la BCE s'occupera de la croissance du crédit, le rapport du marché du travail américain (le fameux rapport NFP) guidera les évolutions du dollar. Et au final, le dollar guidera l'euro. Compte tenu de la sensibilité des marchés aux discussions concernant une réduction du QE en septembre, les traders du forex seront certainement témoins d'une secousse sur l'euro au moment du rapport NFP de ce vendredi ; celle-ci pourrait bien être violente, dans un sens ou dans l'autre selon les chiffres. –CV

Inscrivez-vous sur la liste de distribution électronique de Christopher pour recevoir des mises à jour quotidiennes sur l'euro.

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.