Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

Guides de trading gratuits
EUR/USD
Baissier
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • #BCE (Villeroy) Je ne mettrai pas au premier rang la probabilité d'acheter des actions (mais au 4ème ou 5ème rang par exemple ? ) La Cour constitutionnelle allemande en PLS
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/kxAW2TkFcT
  • À venir : 🇵🇱 Taux de chomage prévu à 08:00 GMT (15 min) Consensus : 5.7% Précédent : 5.4% https://www.dailyfx.com/francais/calendrier-economique#2020-05-26
  • Banque du Japon (Kuroda) "The BoJ is ready to do whatever it can"
  • Le gouverneur de la Banque du Japon a indiqué cette nuit être prêt à assouplir davantage sa politique via une extens° du programme de prêts, des baisses de taux, une augmentation des achats d'ETF ou de nouvelles mesures
  • Matières Premières Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Pétrole WTI : 1,87 % Argent : 1,45 % Or : -0,02 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#commodities https://t.co/bZ9ukDTRKJ
  • #EURJPY #forex https://www.dailyfx.com/francais/actualite_forex_trading/fondamentaux/actualite_forex/2020/05/26/EURJPY-L-euro-se-renforce-face-au-yen-.html
  • #SP500 #bourse J'indiquais dans mes dernières analyses que les indicateurs de sentiment étaient trop pessimistes pour voir une baisse. Dépassement de la résistance sur le SP500 (A confirmer avec l'ouverture à New York. Prochain arrêt : 3130 https://t.co/g7ABQY18wv
  • Forex Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui 🇳🇿NZD : 0,70 % 🇦🇺AUD : 0,70 % 🇬🇧GBP : 0,63 % 🇪🇺EUR : 0,35 % 🇨🇭CHF : 0,20 % 🇯🇵JPY : -0,13 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#currencies https://t.co/062z4Edgpb
  • #BCE Bientôt des rachats d'actions par la BCE ? La hausse des marchés reste trop faible... ECB'S VILLEROY : I WOULD NOT PUT AT THE FOREFRONT THE LIKELIHOOD OF BUYING UP EQUITIES NOT SURE BUYING EQUITIES BELONGS TO THE NEW TOOLBOX
L'euro devrait augmenter alors que la BCE décide de ne pas mettre en place des taux négatifs

L'euro devrait augmenter alors que la BCE décide de ne pas mettre en place des taux négatifs

2013-06-01 02:28:00
Christopher Vecchio, CFA, Senior Strategist
Share:
L_euro_devrait_augmenter_alors_que_la_BCE_decide_de_ne_pas_mettre_en_place_des_taux_negatifs___fr_body_Picture_1.png, L'euro devrait augmenter alors que la BCE décide de ne pas mettre en place des taux négatifs

Prévisions fondamentales pour l'euro: Haussier

  • L'euro chute sous les $1.3000 du fait des suggestions de nouvelles interventions de la BCE
  • L'EUR/USD lutte pour le niveau $1.3000, dans le cadre d'un rééquilibrage de fin de mois
  • L'EUR/USD reste en forme malgré son creux sous les $1.2900

L'euro aura présenté des performances parmi les plus fortes cette semaine, malgré des poussées de volatilité excessive (l'EURUSD a en effet affiché des passages proches à la fois de $1.3100 et de 1.2800), alors qu'une légère amélioration des données couplée à l'anxiété générale concernant plusieurs des concurrents de la monnaie unique permettaient à cette dernière de bénéficier de quelques gains. Soyons clairs : l'environnement économique de la zone euro reste catastrophique, alors que le taux de chômage de la région a atteint 12.2% en avril (record historique) et que le taux de chômage des jeunes (25 ans et moins) continue de s'envoler, pointant maintenant à 62.5%. Clairement, il y a une crise sociale résultant de la crise économique, et ce problème gagnera en importance au cours des mois à venir, alors que l'économie américaine s'améliore d'un point de vue relatif, et que la situation en Europe n'en paraîtra que pire.

Heureusement pour l'euro, les soucis extérieurs à la région attirent largement l'attention à l'heure actuelle, lui offrant ainsi l'opportunité de continuer à afficher des gains notables contre les devises de matières premières en particulier. Les tensions politiques sont retombées à une lente ébullition ces dernières semaines, alors que l'économie globale semble attendre les élections allemandes de septembre. En effet, autant l'admettre : il n'y aura aucun changement significatif dans la position du cœur de l'Europe à propos l'austérité avant qu'Angela Merkel soit certaine de garder son poste de chancelière.

Sur le front de l'austérité, quelques bonnes nouvelles ont fait surface, offrant un certain soutien aux conditions haussières entourant l'euro depuis la mi-mai. En milieu de semaine, il a été annoncé que l'Union européenne avait mis un terme à sa procédure contre l'Italie pour déficit excessif. C'est là un premier pas dans la bonne direction pour la troisième plus grande économie de la zone euro, et cela signifie peut-être qu'une relance fiscale pourrait poindre à l'horizon. Toutefois, la Commission européenne a averti que l'austérité devait continuer, afin de réduire le déficit fiscal du pays et de passer de 5.5% du PIB en 2009 au seuil des 3.0%requis par les règlements de l'UE (et qui était censé être atteint avant l'an dernier). Compte tenu de la trajectoire actuelle du déficit, les prévisions de la Commission concernant l'Italie appellent à une poursuite de la réduction, à 2.9% en 2013 et 2.5% en 2014.

Au final, ces deux éléments présentent une juxtaposition intéressante pour les responsables politiques : d'un côté, la crise de l'emploi de la région n'a jamais été aussi intense ; d'un autre côté, l'un des États les plus coupables d'accumulation excessive de dette a fait des progrès significatifs. Les politiques atteignent l'objectif désigné, mais à un prix fort douloureux.

Notre première occasion de voir comment la Banque centrale européenne se place face à ce problème viendra cette semaine, alors que la pression poussant la banque centrale à faire quelque chose (quoi que ce soit) afin de raviver les prêts dans la région est de retour. Selon les données publiées mercredi par la BCE, les prêts à la zone euro ont chuté de -0.9% en glissement annuel en avril, plus encore donc que les prévisions qui tendaient vers -0.7%. C'était là le douzième mois consécutif de contraction, montrant bien l'hésitation des banques à injecter des capitaux dans la périphérie. Le cœur de l'Europe n'est pas confronté à ce problème. Il existe une dichotomie claire et importante entre la croissance du crédit en Allemagne et en Espagne, par exemple : les prêts en Allemagne ont augmenté de +0.3% en glissement annuel alors qu'ils ont reculé de -8.8% sur la même période en Espagne.

Ainsi, alors que la BCE essaie de venir à bout de ce problème de prêts insuffisants, il y aura certainement des discussions significatives concernant l'efficacité d'un programme de prêts destiné aux petites et moyennes entreprises (PME), visant à pousser les banques à transmettre les conditions souples de crédit que la BCE leur a offertes. L'une des mesures actuellement discutées concerne la mise en place de taux de dépôt négatifs. Les taux de dépôt représentent ce que la BCE paie aux banques pour garder leurs liquidités déposées à la BCE ; des taux négatifs forceraient les banques à payer la BCE, dans une destruction de capital. Cela pourrait pousser les banques à augmenter les octrois de prêts, mais augmenterait également les dépenses en capitaux ; ces deux facteurs offrirait une poussée fort nécessaire à la région, en pleine déprime économique et sociale.

Même si des taux de dépôt négatifs seraient clairement négatifs pour l'euro à l'heure actuelle, il est peu probable que la BCE franchisse le pas... pour l'instant. La division persiste, malgré les déclarations du membre italien du Conseil des gouverneurs de la BCE, Ignazio Visco, qui a indiqué vendredi que la BCE “était prête à intervenir” pour pousser les taux à la baisse. Trois responsables officiels importants de la BCE (le vice-président Vitor Constancio, Joerg Asmussen et Christian Noyer) ont indiqué que l'idée des taux négatifs restait dans les premières phases de discussion, et que la BCE n'était pas proche d'une mise en place d'une telle mesure. En conséquence, alors que la décision de la BCE concernant les taux (jeudi) représentera l’événement le plus important de la zone euro sur l'agenda de cette semaine, une décision de maintien de la politique pourrait soulager une partie de la pression liée aux taux négatifs déjà intégrée à l'euro, offrant à la monnaie unique l'opportunité de s'apprécier d'ici la fin de la première semaine de juin.

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.