Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Bitcoin
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Le dollar US chute à ses plus bas niveaux depuis deux mois, mais est-ce une tendance ?

Le dollar US chute à ses plus bas niveaux depuis deux mois, mais est-ce une tendance ?

2012-04-27 23:54:00
John Kicklighter, Stratégiste sénior
Share:
US_Dollar_Collapses_to_Two_Month_Lows_but_is_This_a_Trend_body_Picture_5.png, Le dollar US chute à ses plus bas niveaux depuis deux mois, mais est-ce une tendance ?

US_Dollar_Collapses_to_Two_Month_Lows_but_is_This_a_Trend_body_Picture_6.png, Le dollar US chute à ses plus bas niveaux depuis deux mois, mais est-ce une tendance ?

Prévisions fondamentales pour le Dollar américain: Neutres

  • Le FOMC rehausse ses prévisions de croissance et d'inflation, les commentaires sont légèrement plus agressifs, mais le dollar chute
  • Les tentatives de cassure sont minées par l'extrême absence de volatilité, et un manque de participation général
  • Le dollar US chute ; est-ce une tendance durable ou une opportunité de renversement dans des conditions de marché inhabituelles ?

Il ne fait aucun doute que l'évènement le plus remarquable sur le marché FX au cours de la semaine passée a été la cassure critique baissière du Dow Jones FXCM Dollar lors des dernières 48 heures. Dans le contexte d'une approche resserrée de la part de la Fed et de chiffres en recul au niveau de la croissance comme du marché financier (ce qui alimente généralement les acheteurs de dollar), la monnaie de référence a en fait succombé à une cassure de sa congestion prolongée, pour déraper jusqu'à des plus bas que nous n'avions pas observés depuis début mars. Ceci est d'autant plus remarquable que cette vente de dégagement d'une importance significative contredit la retenue générale des marchés d'ensemble. Les autres monnaies et les différentes classes d'actifs s'en tiennent obstinément à des ranges usés jusqu'à la corde, et les chiffres d'activité sont à leurs plus bas niveaux depuis la période qui a précédé le crescendo de la crise financière de 2008. Le dollar est-il alors un précurseur (poussant un élan d'appétit du risque, et sa propre tendance baissière) ou sera-t-il remis avec fermeté dans le droit chemin (après une reprise) ?

Comme nous avons pu l'observer à de nombreuses reprises par le passé, peu nombreux sont les marchés ou les actifs individuels qui ont la capacité de dévier de la trajectoire générale des flux de capitaux d'ensemble, et des tendances fondamentales sous-jacentes. Toutefois, il est rare que les changements sur l'ensemble du marché arrivent tous en même temps ; en d'autres termes, il y a souvent un précurseur, qui dirige le mouvement. Afin d'évaluer la situation à laquelle nous sommes confrontés, nous devons nous en remettre aux fondamentaux. Or, la semaine passée a été particulièrement inhabituelle, compte tenu des nouvelles. Les données de la croissance aux Etats-Unis, au Royaume-Uni et en zone euro ont déçu de façon significative ; de son côté, la Réserve fédérale a laissé entendre qu'elle comptait resserrer les cordons de sa prolifique bourse de relance. Pourtant, cela n'a généré ni aversion au risque ni attrait lié à la masse monétaire du billet vert... Pourquoi ?

Le fondement même du dollar américain est qu'il joue le rôle de monnaie de réserve numéro un du monde. Cet état de fait le conduit naturellement vers de fortes performances lorsque les forces de la crainte et du désendettement poussent les capitaux vers les zones les plus liquides et les plus sûres du marché financier. Cependant, de nos jours la liquidité n'est assurée qu'au prix de retours anémiques, grâce à l'approche politique très souple de la Fed. Par conséquent, le marché doit être véritablement paniqué pour abandonner tout intérêt pour les retours et aller vers des bons du Trésor manipulés (benchmarks de la sécurité, au sein d'une région elle-même synonyme de refuge). Or, la panique n'est pas présente en ce moment. En fait, si nous examinons les chiffres de la volatilité implicite (eux-mêmes révélateurs du niveau de prise de risque), nous observons que la peur est à un niveau très bas ; un bon nombre de ces chiffres sont à leurs plus bas niveaux depuis la mi-2008. S'agit-il de naïveté ou d'une véritable position de force ? Seul l'avenir nous le dira.

La situation est calme... Trop calme. Certes, il y a parfois des périodes de stabilité du marché, mais elles sont généralement le produit de conditions économique et financières sous-jacentes solides. Or la situation actuelle en est à l'opposé. En plus du ralentissement de l'activité économique aux Etats-Unis (le chiffre annuel était de 2.2% pour le T1), le Royaume-Uni est entré en récession, la croissance en Chine a ralenti pour atteindre ses plus bas niveaux depuis plusieurs années, et les prévisions de base pour la zone euro s'orientent vers une récession à double creux. Qui plus est, nous pouvons ajouter à cela les problèmes liés à un retour de la crise de la dette en zone euro, la Chine a sa propre bulle de l'emprunt, le Japon et la Suisse multiplient leurs efforts d'intervention, et le monde entier entretient un énorme problème de crédit. Cette réalité est incompatible avec la croissance régulière des cours des actifs.

Et peut-être est-ce là la raison pour laquelle il y a tant de capitaux en attente. Alors que les banques et les sociétés d'investissement (qui font travailler leur argent pour survivre) mettent leurs fonds au travail, une bonne partie de la liquidité non-professionnelle reste en-dehors du circuit. Cet état de fait en lui-même contribue à limiter les swings significatifs, puisque les différents groupes ne présentent pas de flux et de reflux au niveau de leur exposition. Autre problème pour le dollar : la "rustine" temporaire que constituent les mesures de relance au niveau mondial. Même si la Fed semble tirer sur les rênes de sa position jusqu'ici favorable aux mesures de relance illimitées, d'autres institutions ont agi pour soutenir leurs propres marchés financiers, ce qui s'est avéré favorable au sentiment général du marché des capitaux. La BCE, la banque centrale chinoise, la banque centrale du Japon, toutes ont multiplié leurs mesures de soutien. – JK

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.