Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Mitigé
Bitcoin
Or
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • La Banque d'Angleterre indique qu'il y a un accroissement des signes de difficultés de recrutements dans certains secteurs Et que les anticipations d'inflation restent bien ancrées
  • La Banque d'Angleterre indique qu'elle ne va pas resserrer sa politique tant qu'il n'y a pas de preuve claire de progrès vers les objectifs Elle note toutefois que les risques ont diminué et que la pression sur les prix pourrait être plus importante que prévu
  • Banque d'Angleterre Votes 9 - 0 pour maintenir taux inchangé Votes 8 - 1 pour maintenir la cible du QE inchangé (Haldane a voté en faveur d'une réduction des achats d'actifs)
  • #MarketLive 11h "Les speakers de la Fed toujours très actifs, en attendant la Banque d’Angleterre et les chiffres US " Analyses macro et techniques : -CAC/DAX/SP500/Dow/Nasdaq -EUR/GBP/JPY -WTI/Gold/Silver/Copper #Bitcoin #Ethereum Live --> https://t.co/tIM9JMCBJB https://t.co/aZg7xiDKMG
  • Sur @bfmbusiness à 10h30 pour une analyse #CAC40 avec @Cedric_Decoeur dans @bfmpatrimoine
  • Allemagne Le climat des affaires (IFO) au plus haut depuis novembre 2018 La partie "Attentes" retrouve des niveaux pas vu depuis...2010 ! ...des discussions au sein de la #BCE sur le rythme des achats d'actifs ne devraient pas trop tarder...
  • #Fed #Kaplan : “As we make substantial further progress, which I think will happen sooner than people expect-sooner rather than later-and we’re weathering the pandemic, I think we’d be far better off (...) to adjust these purchases of Treasuries and mortgage-backed securities” https://t.co/rbp1q42zTd
  • RT @karinaf24: 💸📶Régulation : quel avenir pour les cryptomonnaies ? #LaSemaineEco avec : @MaliciaRogue Vice-présidente @yeswehack @Yamin…
  • #eurusd #forex MM Forex : Le dollar se stabilise après des PMI décevants, BOE aujourd'hui https://www.dailyfx.com/francais/actualite_forex_trading/fondamentaux/actualite_forex/2021/06/24/Morning-Meeting-Forex-Stabilisation-apres-des-PMI-decevants-EURUSD-leuro-reste-sous-pression.html
  • Cette Une 😄 https://t.co/ikbFCHeKpc
Euro : les ambitions visant à revitaliser la tendance haussière pourraient être contrecarrées par le dollar et les craintes de crise

Euro : les ambitions visant à revitaliser la tendance haussière pourraient être contrecarrées par le dollar et les craintes de crise

John Kicklighter, Stratégiste sénior
Euro_Ambitions_to_Revive_Bull_Trend_May_Be_Dashed_by_Dollar_Crisis_Fears_body_Picture_5.png, Euro : les ambitions visant à revitaliser la tendance haussière pourraient être contrecarrées par le dollar et les craintes de crise  Euro_Ambitions_to_Revive_Bull_Trend_May_Be_Dashed_by_Dollar_Crisis_Fears_body_Picture_6.png, Euro : les ambitions visant à revitaliser la tendance haussière pourraient être contrecarrées par le dollar et les craintes de crise

Prévisions fondamentales pour l'Euro:Baissier

  • Le Portugal, l'Irlande, l'Espagne et l'Italie occupent les gros titres en l'absence de la Grèce
  • Contraction inattendue en zone euro au mois de mars selon les chiffres PMI
  • EURUSD : mise en place d'un renversement ou dépassement de 1.35 ?

La congestion était à l'ordre du jour la semaine dernière pour l'EURUSD, et cela est tout à fait logique si l'on examine l'environnement fondamental de la paire ainsi que le poids des niveaux techniques qui restreignent actuellement ses mouvements. La limite de la tendance baissière d'ensemble se tenant au-dessus de (1.3300/3500), il existe un seuil relativement large permettant de générer un mouvement suivi, c'est-à-dire quelque chose de plus convaincant qu'un simple rebond basé sur la résolution différée des ennuis financiers chroniques de la région et sur une poussée d'austérité nuisible à la croissance. A partir de maintenant, les traders d'euro devront observer deux grands thèmes fondamentaux : les tendances de l'appétit du risque et les nouvelles concernant la santé financière.

De ces deux thèmes, l'un peut peser pour ou contre l'euro ; mais l'autre ne présente un potentiel de choc que pour les vendeurs. Au cours des années passées, les inquiétudes entourant la capacité de la zone euro à équilibrer les exigences concernant les déficits de ses membres avec une croissance saine ont remplacé les appels à se diversifier au détriment du dollar et en faveur de cette monnaie, la deuxième plus liquide du monde. La dernière vague de la lutte permanente ayant été surmontée (et les besoins de financement immédiats de la Grèce ayant été atteints), il existe une "garantie contre l'effondrement" qui sera naturellement débloquée. Cependant, le rebond, dans cette phase spécifique, menace d'être plus limité. Tout d'abord, il s'agit là d'un ènième round dans une longue série de situations de type "ça passe ou ça casse". Les investisseurs seront certainement moins enclins à l'optimisme après tant de faux départs. Par suite, il devient plus simple de repérer la prochaine vague, alors que les diverses menaces vis-à-vis de la stabilité apparaissent plus claires.

Ainsi, les marchés seront particulièrement sensibles aux gros titres négatifs ; et nombreux sont les sujets susceptibles de déclencher un sentiment baissier. De façon surprenante, ce n'est pas le plus tristement célèbre des Etats membres (la Grèce) qui représente la menace la plus grave. Néanmoins, les nouvelles négatives abondent : les interrogations concernant les swaps d'obligations, l'avertissement du FMI disant que les injections de fonds pourraient être repoussés si certaines étapes sont manquées, et les données indiquant des insuffisances de financement à l'avenir.

Les marchés se sont habitués aux soucis grecs. Mais le véritable risque est celui d'une propagation de la crise. D'un côté, il y a le risque de voir les deux autres Etats membres de la zone euro ayant reçu un sauvetage revenir pour une deuxième injection d'aides ou demander des accommodations similaires à celles de la Grèce. L'Irlande a récemment annoncé une contraction de 0.2% pour le quatrième trimestre, et cherche à obtenir une extension de son paiement de sauvetage de 3.1 milliards d'euros, à échéance à la fin du mois ; il y a des chances que l'Irlande vote pour être exclue du MSE à l'avenir. Le Portugal est une source d'inquiétude persistante, et pourrait demander de nouvelles accommodations du fait des prévisions de croissance peu favorables. Mais la menace la plus visible est peut-être celle de l'Espagne. La récente décision du Premier ministre M.Rajoy de remonter les objectifs de déficit pour 2012 va en effet à l'encontre des exigences de l'UE. Et pendant ce temps, les soucis de financement régionaux et la mauvaise évaluation par le secteur bancaire des actifs immobiliers pourraient conduire à des problèmes sérieux.

Les craintes concernant la crise restent au premier plan, du fait de la longue série d'ennuis de la région et des médias financiers, mais les marchés sont plus ou moins immunisés aux chocs dits "fat tail" (importants mais de faible probabilité), suite à la considération de tant de scénarios. Cet état de fait limite également l'impact sur le court terme, puisqu'un risque bien plus important devient nécessaire. Ceci étant dit, le courant qui sous-tend les tendances du risque peut toujours gérer une réaction notable de la part du marché. Le S&P 500 continue sa forte poussée à la hausse, même si nous restons peu convaincus de cet élan. Un bond important de l'appétit du risque pourrait peut-être jouer en faveur du biais agressif de la BCE, mais une correction naturelle sur les marchés des capitaux pourrait mettre le feu aux poudres de l'euro. – JK

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.