Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

Guides de trading gratuits
EUR/USD
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
Informations en Temps Réel
  • Moins connu que le VIX, découvrez comment correctement utiliser l'indice #SKEW de la CBOE pour trader les marchés boursiers. https://t.co/lQGnQ9bcjD
  • Forex Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui 🇬🇧GBP : 1,31 % 🇨🇦CAD : 0,12 % 🇨🇭CHF : 0,09 % 🇪🇺EUR : -0,09 % 🇳🇿NZD : -0,11 % 🇦🇺AUD : -0,48 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#currencies https://t.co/wNRftNl3SL
  • Matières Premières Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Or : 0,40 % Argent : 0,09 % Pétrole WTI : -0,47 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#commodities https://t.co/DQ12CFGP70
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/hWI1nSpkw7
  • Indices Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Dax 30 : 0,30 % CAC 40 : 0,27 % Dow Jones : 0,00 % S&P 500 : -0,00 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#indices https://t.co/7PHxUlURFH
  • Matières Premières Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Or : 0,53 % Argent : 0,21 % Pétrole WTI : -0,13 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#commodities https://t.co/JYnHfb5pJ9
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/PKpO1TM2NI
  • Indices Mise à jour : Ce sont les meilleurs et les pires résultats d'aujourd'hui Dax 30 : 0,32 % CAC 40 : 0,31 % S&P 500 : 0,11 % Dow Jones : 0,09 % Voir la performance du marchés via https://www.dailyfx.com/francais/cours-du-forex#indices https://t.co/9q1xFv5nTg
  • 🇺🇸 USD - Puits de Pétrole et Gaz en activité aux Etats-Unis – Baker Hughes (DÉC 13), Réel : 799 Consensus : N/A Précédent : 799 https://www.dailyfx.com/francais/calendrier-economique#2019-12-13
  • Mise à jour du Sentiment clients IG : La grandes majorité des traders sont à l'achat Ripple. Voir le résumé ci-dessous et via https://www.dailyfx.com/francais/sentiment-client https://t.co/5bSN3aiuKT
Prévisions pour 2012: Le dollar américain fait un rallye pendant la première moitié de l'année, mais baisse ensuite de nouveau

Prévisions pour 2012: Le dollar américain fait un rallye pendant la première moitié de l'année, mais baisse ensuite de nouveau

2012-02-10 09:00:00
John Kicklighter, Jamie Saettele, CMT,
Share:

La performance du dollar américain pendant les derniers mois de 2011 a été particulièrement forte. La devise benchmark a réussi une progression importante contre ses adversaires européens (l'euro, la livre sterling et le franc suisse) et a maintenu sa position contre les devises de matières premières à fort rendement en dépit d'une augmentation des marchés actions et d'autres actifs financiers importants qui sont tournés vers le risque ("risk on").

Si on se tourne vers 2012, il y a un certain nombre d'incertitudes fondamentales qui pourraient définir la tendance à l'avenir. Historiquement, nous savons qu'il faut observer les possibilités de développements explosifs comme le retour de la crise mondiale, les programmes de relance de grande ampleur (des États-Unis et d'autres pays) et la détérioration de la santé de l'adversaire le plus liquide du billet vert: l'euro. De plus, vous ne pouvez pas vraiment comprendre la santé fondamentale du dollar sans prendre en considération les prévisions pour l'économie américaine, les personnes qui peuvent investir le capital inutilisé, le cycle de l'élection présidentielle et les efforts mondiaux, lents mais constants pour diversifier les réserves et les éloigner de la devise benchmark.

Pour ce faire, nous nous attendons à ce qu'il y ait un fort rallye début 2012 déclenché par ces incertitudes. Cela pourrait commencer dès la fin du mois de février, mais cela pourrait se produire en mars ou en avril. Une fois que cette période d'élimination du risque est terminée – une période qui pourrait durer de six à huit semaines - nous nous attendons à ce que les investisseurs partout dans le monde recommencent à vendre le dollar. Cela continuerait la tendance à la baisse du dollar sans que l'on n'en voit la fin.

Demande pour la liquidité du dollar: est-ce que 2012 sera un autre 2008?

Quand nous considérons le rôle du dollar américain sur les marchés internationaux, sa position depuis très longtemps comme devise la plus liquide au monde et les efforts de la Fed de combattre ce qui est perçu comme des crises financières déterminent son utilisation principale: le refuge préféré au monde. Il y a un certain nombre de valeurs refuges sur les marchés mondiaux (le yen japonais, le franc suisse, les obligations gouvernementales en général), mais le billet vert est dans une catégorie particulière. Fondamentalement, le marché international veut des dollars quand il y a un fort sentiment de peur. Quand on doute du fonctionnement même du système financier, les participants au marché achètent des dollars sans se poser de questions.

Alors que nous nous dirigions vers 2012, les nuages orageux de la crise financière étaient déjà visibles à l' horizon. La dette souveraine de la zone euro se métamorphosait déjà en crise de l'ensemble du marché qui menaçait de déborder de ses frontières. Juste comme la crise américaine des subprimes pour l'immobilier de 2008, les ennuis financiers européens représentent un catalyseur – pas le problème complet. Le vrai problème est la combinaison de trois choses : un nouvel effondrement mondial de l'activité économique (certains membres sont confrontés à une autre récession); une dépendance insoutenable à la relance pour de nouveaux plus hauts des marchés boursiers; et un déséquilibre général de l'exposition entre les pays développés et ceux en développement (ces derniers étant beaucoup plus risqués).

Nous avons déjà vu des preuves des conditions fondamentales se détériorant au niveau mondial (chiffres de PIB en baisse, des bénéfices de sociétés mis à mal, et des lignes de swaps ouvertes pour le dollar US), mais nous n'avons pas eu la même panique qui a défini l'effondrement de 2008. Il y a eu un certain niveau de soulagement des pressions trouvé dans le manque de surprise de cette crise économique et financière en Europe. Et plus important, les banques centrales et les gouvernements ont fait leur possible pour contrôler la virulence de la situation en forçant les banques à se désendetter et à fournir des liquidités lorsque cela était nécessaire. Cela dit, le contrôle le plus efficace de la panique est l'espoir de quantités inépuisables de relance, si les investisseurs commençaient à perdre de l'argent sur des positions risquées. Si cette foi est ébranlée, le sentiment s'effondrera rapidement et cela fera décoller le dollar.

Le grand et tout puissant QE3

Au cours des quelques dernières années, les officiels de politique monétaire ont involontairement entretenu un ‘aléa moral’ comme effet secondaire indésirable de la promotion de la stabilité des marchés financiers. L’aléa moral est le manque d'intérêt pour les conséquences négatives de la prise de risque additionnelle quand il est assumé que des banques centrales ou des gouvernements aux poches pleines offriront des sauvetages pour éviter que les investisseurs ou les institutions financières ne subissent des pertes importantes. Si les investisseurs croient que les banques centrales accourront toujours à la rescousse, quand une crise se présente, ils accumuleront des positions risquées. S'il y a de nombreuses positions risquées, les banques centrales sont alors plus susceptibles de monter une opération de sauvetage et ainsi le cycle se renforce sur lui-même.

Nous avons pu observer des programmes de relance monétaire tout autour du globe (par exemple : l'aide de l'UE à la Grèce, les injections de capital de la Chine dans les investissements liés à l'immobilier, ou le programme d'achats d'obligations de la Banque d'Angleterre), mais aucun de ces efforts n'a eu un impact sur le sentiment comparable à celui du célèbre "QE" (ou assouplissement quantitatif) de la Fed. Le programme "QE2", mis en oeuvre en novembre 2010, a véritablement noué le lien unissant l'appétit du risque du marché dans son ensemble et les mesures de relance. A présent, les espoirs des investisseurs se tournent vers un éventuel programme QE3. Les prévisions générales, révélées par une enquête récente conduite par Bloomberg auprès des banques, s'orientent vers une annonce par la Fed d'un nouveau programme de soutien d'ici le second trimestre de cette année, et peut-être même avant avril.

S'il y a bien une nouvelle série d'assouplissements quantitatifs, le dollar en souffrira, brièvement mais durement. Un tel effort (qui ciblerait sans doute des achats de titres hypothécaires, pour venir en aide au marché immobilier) fait en effet intervenir une poussée artificielle de prise de risque, qui pousse les traders à s'éloigner des valeurs refuges à faibles rendements comme le billet vert. De plus, le QE augmente naturellement la masse de dollars dans le système. Ceci étant dit, la demi-vie (c'est-à-dire la période d'influence) d'un tel effort serait probablement nettement plus courte que celle des programmes précédents, puisque de solides prévisions sont d'ores et déjà fortement intégrées par les marchés. Il y a un risque bien plus important : la réalisation qu'un tel soulagement n'est en fait pas à l'ordre du jour. Voilà qui laisserait une masse de valeur immense à découpler des marchés à risque, ce qui bénéficierait certainement au dollar.

Dollar : l'anti-euro

Compte tenu du fait que les vents de crise actuels soufflent à partir de la zone euro, il est facile de déterminer les connexions entre les performances de l'euro et du dollar. Cependant, le lien qui unit le billet vert à l'euro est bien plus profond qu'une simple poussée de fièvre paniquée. Il s'agit des deux monnaies les plus liquides du monde, et il existe naturellement une masse gigantesque de capital qui ne sortira ni des marchés américains ni des marchés européens, même si d'autres options sont disponibles.

Le poids de ce lien serait d'autant plus important si les difficultés actuelles de la zone euro devaient commencer à entamer sérieusement la confiance vis-à-vis de l'existence elle-même de la monnaie européenne. Celle-ci n'existe officiellement que depuis 1999 ; il est donc facile d'imaginer que les problèmes très sérieux auxquels elle a été confrontée depuis le plan de sauvetage original de la Grèce pourraient exploser pour atteindre un niveau tel qu'un membre (au moins) de la zone euro quitte le collectif. En réalité, il est très peu probable que la monnaie soit totalement abandonnée, mais la peur peut souvent fausser les raisonnements logiques. Ceux qui retirent leurs actifs de l'euro pour éviter la crise continueront probablement à choisir le refuge liquide que constitue le dollar américain, augmentant ainsi la demande en faveur du billet vert.

Croissance traditionnelle

Lorsque nous examinons les inquiétudes élémentaires qui se cachent derrière le dollar, nous nous retrouvons souvent en terrain non balisé. Néanmoins, les chiffres traditionnels du PIB possèdent sans doute une certaine influence. Si la zone euro tombe en récession en 2012 (comme le prévoient le FMI et de nombreux décideurs politiques), les investisseurs ne disposent pas dun grand choix d'alternatives présentant une profondeur de marché comparable. Au cours du dernier trimestre 2011, les Etats-Unis ont affiché une croissance de 2.8%. De plus, la Fed prévoit une expansion modérée à l'horizon immédiat. Si l'Asie et l'ensemble des marchés émergents devaient eux aussi être confrontés à un ralentissement en 2012 (et de nombreux économistes estiment que ce sera le cas), des capitaux seront acheminés vers la plus grande économie du monde.

Année électorale

Il existe une connexion bien connue entre le cycle des élections présidentielles et les performances des marchés actions, mais ce lien ne s'est que rarement manifesté sur le marché FX. En effet, l'impact serait en temps normal négligeable. Mais ce cycle tombe au beau milieu du retour possible à un malaise économique global et à un gel financier. De telles conditions pourraient nécessiter le soutien d'un gouvernement accomodant et souple. Or, la compétition entre Démocrates et Républicains va en grandissant au fil des mois, et la menace d'une crise législative promet d'être exceptionnellement élevée. Si une telle crise devait se produire, elle représenterait clairement de sérieuses difficultés pour l'économie américaine, ainsi que son budget et son commerce. Et bien que cela aille à l'encontre de l'intuition, il est plus que probable que de telles difficultés se révèlent en fait positives pour le billet vert, puisque le risque financier à l'échelle du marché a tendance à pousser les investisseurs vers la valeur refuge numéro un.

Solidus romain, fiorino florentin, livre sterling, dollar américain

Même si ce fut une considération plus importante lors que le marché avait le loisir de repousser le risque mondial et de chercher le plus haut taux de retour, il existera toujours une poussée pour se diversifier du dollar américain. Il y a des acteurs économiques prééminents à traders le monde (la Chine et la Russie entre autre) qui pensent que la crise financière de 2008 s'est propagée en particulier à cause de l'utilisation à outrance du dollar américain autour de la planète qui a répandu la crise des sub-prime. Qu'il s'agisse d'une connexion raisonnable ou pas, les autorités ne feront jamais l'effort de se diversifier de l'utilisation du billet vert en tant que réserve première de devises. Qu'il s'agisse d'un effort pour retirer à la devise des États-Unis sa position de pouvoir ou simplement d'un moyen pour diversifier le risque, le dollar va probablement continuer à perdre sa domination mondiale avec le temps, tout comme le Roman solidus, le Florin florentin, et la livre sterling avant lui. Cette tendance graduelle de long-terme est en jeu depuis des années, et va probablement entamer la force du dollar dans les années à venir.

Le retour du capital inexploité

Ceci peut être difficile à envisager avec tous les risques mondiaux actuels, mais finalement, nous arriverons à un point où les marchés de capitaux seront perçus comme mal, ou sous, évalués. Il est plus que probable que ça se produise après un retournement important des positions spéculatives. Avec autant de capital d'investissement sur la touche, et des investissements relativement peu coûteux qui peuvent être trouvé sur les marchés d'actions, les matières premières spéculatives, les obligations à hauts rendements et le carry trade, le dollar n'aura plus de valeur pour sa liquidité. Il sera en revanche méprisé pour ses faibles taux d'intérêt. La périodicité est particulièrement importante ici, mais plus tôt la contraction du risque se produit et moins de temps il faudra pour qu'on s'écarte du dollar valeur-refuge.

  • John Kicklighter, Stratégiste de devises senior

La perspective technique

Le Dow Jones FXCM Dollar Index (symbole: USDOLLAR) a chuté de 2.18% en janvier pour glisser en dessous du minimum de décembre 2011. Le niveau actuel (environ 9700) est défini par la résistance de canal potentielle, le retracement de 61.8% du rallye à partir du minimum d'octobre, et du minimum de novembre. La confluence de niveau souligne l'importance de 9700 pour les acheteurs. En d'autres termes, un échec pour se maintenir à 9700 tournerait l'attention vers le minimum de 2011 (et de tous les temps) à 9322. Ceci nous indique que le taux de change à 12 mois est seulement de -2.43% et le taux de change sur 36 mois est en fait positif à 2.20% (ceci jusqu'à la clôture de janvier 2012). Ces chiffres s'adressent à l'écart que l'USDOLLAR a connu depuis le minimum de 2008. Il est impossible de savoir si l'écart constitue une consolidation avant la poursuite de la tendance baissière de long-terme ou une accumulation avant un renversement haussier incroyable à partir d'un double creux sur plusieurs années. Subjectivement, je privilégie le dernier scénario (haussier) à cause de la couverture baissière sur l'USD du Time magazine en août 2011. Cette couverture qui montre un billet de dollar avec un œil noir sur George Washington peut être perçue comme un signal d'un sentiment baissier extrême à partir duquel une tendance haussière de long terme pourraient commercer. Dépasser l'ancien support à 9850 serait une indication précoce que la tendance est en route vers le maximum d'octobre 2011 à 10089.

2012_Forecast_US_Dollar_to_Rally_in_First_Half_Only_to_Fade_Again_body_usdollar.png, Prévisions pour 2012: Le dollar américain fait un rallye pendant la première moitié de l'année, mais baisse ensuite de nouveau

Preparée par Jamie Saettele, CMT

  • Jamie Saettele, CMT, Stratégiste technique senior

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.