Ne manquez aucun article de Valentin Aufrand

S'inscrire pour recevoir des informations quotidiennes sur les publications
Veuillez indiquer un prénom valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez indiquer un nom valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez indiquer une adresse email valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez sélectionner un pays

Je souhaite recevoir par e-mail des informations de la part de DailyFX et IG sur les opportunités de trading et leurs produits et services.

Veuillez compléter ce champ.

Nos prévisions seront bientôt disponibles dans votre boîte mail

En plus de lire nos analyses, nous vous proposons d'aller encore plus loin en les testant. Nos prévisions vous donnent en effet accès à un compte démo gratuit auprès de notre fournisseur IG, pour vous permettre de tester et de vous entraîner au trading sans risque.

Votre démo est créditée de 30 000€ de fonds virtuels que vous pouvez utiliser pour trader sur plus de 7500 valeurs.

Vous recevrez vos identifiants par email sous peu.

En savoir plus sur votre démo

Vous êtes inscrits aux articles de Valentin Aufrand

Vous pouvez gérer vos inscriptions en cliquant sur le lien qui se trouve au bas de chaque email que vous recevez

Une erreur s'est produite lors de l'envoi de votre formulaire.
Veuillez réessayer.

Points-clés de l’article :

  • Le ralentissement de l’économie mondiale et la réduction de la liquidité inquiètent.
  • Les investisseurs attendent dorénavant aucune hausse des taux de la Fed en 2019.
  • Le marché reporte son anticipation de la première hausse des taux de la BCE à 2020.
  • BCE & FED : Les arroseurs arrosés.

Le ralentissement de l’économie mondiale et la réduction de la liquidité inquiètent les investisseurs

Les attentes des investisseurs en termes de resserrement monétaire se sont nettement réduites depuis le début de l’année. Le ralentissement de l’économie mondiale en est le principal facteur, mais la réduction de la liquidité sur les marchés financiers l’est également.

Bilan totale de la Réserve fédérale, BCE et Banque du Japon

Source graphique : yardeni.com

En effet, alors que les principales banques centrales, dont la plus importante la Fed, ont inondé les marchés financiers à tour de bras depuis la crise financière de 2007/2008 avec des programmes d’assouplissement quantitatif (14 500 milliards de dollars pour la Fed, BCE et BoJ réunis), elles cherchent dorénavant à revenir à des politiques plus conventionnelles. Cette volonté de normaliser leur politique monétaire s’explique pour deux raisons :

  1. Stabiliser l’inflation à 2%.
  2. Se laisser une marge de manœuvre en cas de nouvelle période économique difficile.

La Fed, qui peut être considérée comme la "leader" des banques centrales, est pour le moment la seule à réduire son bilan (depuis octobre 2017). Cette procédure, appelée QT (quantitative tightening), consiste à revendre aux marchés financiers les actifs achetés pendant les QEs.

La Fed se délaisse donc d’environ 50 milliards de dollars d’actifs par mois, qui doivent être absorbés par les marchés, ce qui réduit la liquidité. Les investisseurs se retrouvent donc avec une offre importante d’obligations, ce qui devrait faire grimper les rendements obligataires, rendre ce marché plus attractif, susceptible de motiver certains investisseurs à délaisser les marchés actions.

Les investisseurs n’attendent aucune hausse des taux de la Fed en 2019

Probabilité hausse des taux de la FED en 2019

Source graphique : Terminal Bloomberg

Les investisseurs, qui spéculaient encore sur deux hausses des taux directeurs de la réserve fédérale pour 2019 il y a 3 mois, n’en anticipent dorénavant aucune. Désormais, le scénario d’un maintien des taux directeurs actuels de la Fed jusqu’à la fin de l’année l’emporte (70% de probabilité). La probabilité d’une baisse des taux directeurs est même devenue plus importante que celle d’une hausse (25% vs 4%) !

Le marché reporte son anticipation de la première hausse des taux de la BCE à 2020

Probabilités hausses des taux de la BCE en 2019

Source graphique : Terminal Bloomberg

Alors que le marché spéculait sur une hausse des taux de la BCE pour l'été prochain il y a encore deux mois, la probabilité d’un statu quo de la BCE jusqu’à la fin de l’année est redevenue dominante (57%). Les spéculateurs tablent dorénavant sur un premier relèvement des taux directeurs (de 10 bps) de la Banque Centrale Européenne en 2020.

A court terme, la Fedsoutient les marchés actions depuis que son président, Jerome Powell, a finalement ouvert la porte d'un possible assouplissement de la réduction de son bilan, mais davantage de déceptions sur le plan macroéconomique pourrait pénaliser les indices comme nous pouvons le constater ci-dessous.

Graphique du DAX (vert) et du PMI manufacturier allemand (orange) :

Corrélation PMI manufacturier et DAX

Source graphique : Terminal Reuters

BCE & FED : Les arroseurs arrosés

A force de jouer avec le feu, on finit par se bruler. Cet adage est également valable pour les banques centrales, qui sont pourtant les Maîtres de la finance. En effet, les banques centrales se retrouvent coincées, car après avoir inondé les marchés et retardé au maximum la normalisation de leurs politiques monétaires, elles se retrouvent avec une marge de manœuvre quasi-inexistante alors que nous arrivons en fin de cycle économique.

POURUIVRE VOTRE LECTURE

>> 6 conseils pour devenir un meilleur trader sur le Forex

>>Comment trader l’indice CAC 40 : astuces et stratégies de trading du CAC40