• L’appétit pour le risque fait pression sur les valeurs refuges
  • EUR/CHF : Le franc suisse revient à son ancien taux plancher de la BNS
La BNS, la banque centrale la plus accommodante n'arrive pas à soutenir l'inflation

Graphique Bloomberg

L’appétit pour le risque fait pression sur les valeurs refuges

La diminution des tensions géopolitiques, la rhétorique protectionniste contenue et les bénéfices des sociétés américaines continuant à dépasser les attentes nourrissent l’appétit pour le risque des investisseurs. Les marchés actions mondiaux progressent cette semaine (Dow Jones +1,59% ; EuroStoxx50 +1,32% ; Nikkei 225 +1,89%) à l’inverse des valeurs d’aversion pour le risque qui se contractent (T-Note US à 10 ans -0,42% ; Yen neutre face au dollar ; Franc suisse -0,67% face au dollar). L'appétit pour le risque restant soutenu, devrait continuer à affaiblir le JPY et le CHF.

De plus, la BNS reste (ultra) accommodante avec bilan dépassant plus de 120% le PIB de la Suisse (contre 42% pour la BCE). L’inflation est encore très inférieure à l'objectif de 2% et les incertitudes du vote de l'initiative « monnaie pleine » prévu le 10 juin consistant à autoriser uniquement la BNS à donner des crédits.

EUR/CHF : Le franc suisse revient à son ancien taux plancher de la BNS

Ces inquiétudes et l’appétit pour le risque font pression sur le franc, qui est à un plus bas depuis mars 2015 ! Le cours de l’EUR/CHF a presque rejoint l’ancien taux plancher de la BNS à 1,20 et il me semble probable de voir le cours évoluer au-dessus ce niveau de prix lors des prochains mois au vu de la très faible inflation suisse.

Découvrez nos prévisions pour les prochaines semaines dans nos guides trimestriels.

CHF Index sous pression plus bas depuis mars 2015

Graphique hebdomadaire du CHF Index réalisé sur la plateforme TradingView

Néanmoins, le seuil à 1,20 franc pour un euro ne laissera pas le marché indifférent. Ce seuil psychologique devrait provoquer une prise de bénéfices importante de la part du marché. Le risque à court terme est donc baissier sous cette résistance, mais il est indispensable d’attendre des signaux avant de vendre l’euro au bénéfice du franc.

Techniquement, le RSI est suracheté et le prix teste ce matin le seuil psychologique. Une divergence haussière accompagnée d’une configuration en chandelier japonais baissière telle qu'un avalement baissier ou un dark could cover sous le seuil des 1,20 serait une bonne conbinaise de signaux baissier.

L’ancien sommet de l’année à 1,1833, inscrit début janvier serait alors le premier support à viser et également un niveau de prix intéressant pour payer le pullback afin de s’insérer dans le sens de la tendance.

Graphique journalier de l’EUR/CHF réalisé sur la plateforme ProRealTime

EUR/CHF sous résistance à 1,20