Ne manquez aucun article de Valentin Aufrand

S'inscrire pour recevoir des informations quotidiennes sur les publications
Veuillez indiquer un prénom valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez indiquer un nom valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez indiquer une adresse email valide
Veuillez compléter ce champ.
Veuillez sélectionner un pays

Je souhaite recevoir par e-mail des informations de la part de DailyFX et IG sur les opportunités de trading et leurs produits et services.

Veuillez compléter ce champ.

Nos prévisions seront bientôt disponibles dans votre boîte mail

En plus de lire nos analyses, nous vous proposons d'aller encore plus loin en les testant. Nos prévisions vous donnent en effet accès à un compte démo gratuit auprès de notre fournisseur IG, pour vous permettre de tester et de vous entraîner au trading sans risque.

Votre démo est créditée de 30 000€ de fonds virtuels que vous pouvez utiliser pour trader sur plus de 7500 valeurs.

Vous recevrez vos identifiants par email sous peu.

En savoir plus sur votre démo

Vous êtes inscrits aux articles de Valentin Aufrand

Vous pouvez gérer vos inscriptions en cliquant sur le lien qui se trouve au bas de chaque email que vous recevez

Une erreur s'est produite lors de l'envoi de votre formulaire.
Veuillez réessayer.

  • Le politique de Washington pénalise l’appétit pour le risque.
  • Les valeurs refuges recherchées dans ce contexte d’aversion au risque.
  • Stratégies de moyen/longterme de vente des paires en yen.

Graphique journalier depuis le début de l’année du l’USD/JPY, CRB Index et l’ETF Vanguard Emergin Markets Stock Index Fd réalisé sur la plateforme TradingView :

Aversion au risque devrait soutenir le yen et les actifs refuges

Le politique de Washington pénalise l’appétit pour le risque

L’épicentre du climat risk-off des investisseurs est la politique de Donald Trump. En fait, le président américain applique son programme avec lequel il a été élu, notamment en se retirant de l’accord sur le programme nucléaire iranien de 2015, ou encore en s’attaquant à la réduction du déficit commercial des États-Unis.

Ces tâches, particulièrement tournées vers l’international, dégradent par conséquent les perspectives de l’économie mondiale, d’autant plus que Donald Trump n’hésite pas à jouer les gros bras pour (tenter) de gagner les négociations.

Les valeurs refuges recherchées dans ce contexte d’aversion au risque

Conséquence, les investissements à rendement potentiellement élevé sont sous pression. Les investisseurs préfèrent les produits liquides afin de se protéger des risques. Les marchés émergents, les économies exportatrices de matières premières ou encore nettes exportatrices vers la Chine sont les marchés les plus touchés des décisions politiques de Donald Trump. A l’inverse, le yen, le franc suisse, et les obligations sont appréciés pour se protéger.

Les marchés actions asiatiques ont déjà bien baissé depuis leurs sommets de l’année pour la plupart atteint en début d’année. L’Europe est depuis la fin du second trimestre également en baisse. Les indices de Wall Street ne sont plus que les seuls à avancer.

Beaucoup de facteurs mènent à croire que l’aversion pourrait perdurer. Déjà parce que la saison de publication des résultats des entreprises est terminée, et ne permettra donc plus de mettre les tensions géopolitiques au second plan. Deuxièmement, parce que probablement aucune des batailles déclarée par Donald Trump n’a encore été résolue (négociations de l’ALENA, guerre commerciale avec la Chine, relations diplomatiques tendues avec l’Iran, la Russie et la Turquie, pour ne citer qu’eux).

De plus, la volatilité sur les marchés émergents a beaucoup augmenté en raison de l'absence d'actions concrètes de la Turquie pour ralentir l'inflation. La volatilité ne devrait donc pas faiblir tant que la situation économique ne redevient pas stable en Turquie.

De ce fait, il me semble préférable d’anticiper une intensification des tensions géopolitiques, et par conséquent davantage de craintes des investisseurs. D’autant plus que les mois d’août et septembre sont généralement des mois dont les investisseurs sont averses au risque.

Stratégies de moyen/long terme de vente des paires en yen

Le Yen, le Franc suisse et les obligations pourraient donc être recherchés (quoique la réduction de la liquidité mondiale a des chances de faire pression sur les marchés obligataires, inondés les années précédentes par les QE des banques centrales).

Graphique journalier depuis le début de l’année réalisé sur la plateforme TradingView :

Stratégies d'achat du yen / ventes des paires en yen face aux devises émergentes et commodities

Les stratégies shorts sur les paires en yen me semblent donc intéressantes. Surtout les paires en yen face à des devises émergentes (BLR, RUB, TYR, ZAR) ou devises « commodities » (AUD, NZD, ZAR, BLR, RUB, CAD pour ne citer qu’eux).

AUD/JPY : Actuellement à un plus bas de près de deux ans à 80, je privilégie la poursuite de la baisse du dollar australien jusqu’à 77,59 puis 75 yens à moyen/long terme.

NZD/JPY : Il en va de même pour le dollar néo-zélandais. Le kiwi est également à un plus bas de 2 ans vers 73 et pourrait reculer jusqu’à 69 yens lors des prochaines semaines.

CAD/JPY : Le dollar canadien se tient un peu mieux grâce au durcissement de la politique monétaire de la Banque du Canada et la récente amélioration des perspectives d’un accord de l’ALENA ces dernières semaines. Toutefois, le dollar canadien est tout de même en baisse face au yen depuis le début de l’année.

Notons que le Yuan s’est moins dépréciée que le dollar australien ou le néo-zélandais alors que Donald Trump accuse l’UE et la Chine de dévaluer leur monnaie.

Télécharger notre nouveau guide d’initiation au trading pour apprendre à trader le Forex.

POURSUIVRE VOTRE LECTURE

>> 3 conseils de trading que j’aurais aimé connaître quand j’ai débuté sur le Forex

>> Quatre indicateurs techniques très efficaces que tout trader devrait connaître