Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading offerts
S'inscrire à la newsletter
Veuillez réessayer
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
EUR/USD : quel potentiel haussier restant pour l’euro ?

EUR/USD : quel potentiel haussier restant pour l’euro ?

Valentin Aufrand, Contributeur

Points-clés de l’article sur l’EUR/USD :

  • Le ton de plus en plus hawkish de la BCE profite à l’euro à court terme
  • Le ralentissement économique devrait toutefois empêcher l’euro d’un retournement majeur
  • L’EUR/USD pourrait poursuivre son rebond jusqu’à 1,10$ ces prochaines semaines

Le ton de plus en plus hawkish de la BCE profite à l’euro à court terme

L'EUR/USD se redresse depuis le mois dernier après être tombé à son plus bas niveau depuis 2017, à environ 1,0350 $. La principale raison de ce rebond de la monnaie unique est le ton de plus en plus belliqueux des membres de la BCE vis-à-vis de l'inflation. Alors que le consensus du comité de la banque centrale était en faveur d'une normalisation monétaire très lente il y a quelques mois, le consensus est désormais en faveur d'une normalisation très rapide.

La présidente de l'institution, Christine Lagarde, s'est ouvertement prononcée en faveur d'une sortie des taux négatifs d'ici la fin du troisième trimestre, ce qui ouvre la voie à deux hausses de taux de 25 points de base en juillet et septembre respectivement. Une troisième hausse est actuellement anticipée par les opérateurs de marché en octobre, et désormais une quatrième en décembre.

EUR/USD : quel potentiel haussier restant pour l’euro ?

Source : Tradingview / Valentin Aufrand

Le durcissement du ton de la BCE profite à l'euro, comme en témoigne l'écart de taux d'intérêt entre les rendements obligataires allemands et américains à deux ans. L'écart est passé de -260 points de base en mai à -200 points de base. Le rétrécissement de l'écart au cours des dernières semaines indique une révision plus importante des anticipations de hausse des taux d'intérêt dans la zone euro qu'aux États-Unis.

Le ralentissement économique devrait toutefois empêcher l’euro d’un retournement majeur

En réalité, le resserrement monétaire de la BCE et l'évolution des anticipations des opérateurs de marché dépendront largement de l'évolution de l'inflation dans les prochains mois. Plus l'inflation persistera à des niveaux élevés sans montrer des signes de ralentissement, plus la Banque centrale européenne (et la Fed) devrait augmenter ses taux rapidement et inversement.

Cela dit, un revirement majeur à la hausse du taux de change semble peu probable dans les mois à venir compte tenu du ralentissement économique mondial. En effet, l'euro et d'autres devises procycliques comme le dollar australien ont tendance à sous-performer le billet vert en période de ralentissement économique et d'aversion au risque.

La prochaine grande tendance haussière de l'EUR/USD devrait se produire lorsque l'économie mondiale redémarrera, ce qui ne sera probablement pas le cas avant la fin de l'année. D'ici là, l'EUR/USD pourrait poursuivre sa tendance fondamentale à la baisse ou, au mieux, évoluer latéralement, près de ses récents plus bas.

L’EUR/USD pourrait poursuivre son rebond jusqu’à 1,10$ ces prochaines semaines

Graphique journalier du cours de l’EUR/USD réalisé sur TradingView :

EUR/USD : quel potentiel haussier restant pour l’euro ?

Sur le plan de l’analyse technique, nous pouvons constater l’EUR/USD dans une tendance baissière claire sur le long terme. Le rebond des dernières semaines a permis au taux de change de dépasser sa moyenne mobile à 50 jours, une première depuis le début du conflit en Ukraine, ce qui illustre le regain d’intérêt progressif pour la monnaie unique.

L’EUR/USD vient de former jeudi un « marobozu », ce qui ouvre la voie à une poursuite du rebond. Un dépassement du récent plus haut à environ 1,08$ renforcerait les perspectives haussières de court terme et ouvrirait la voie à un retour à 1,10$.

Si la pression acheteuse persiste, l’EUR/USD pourrait éventuellement dépasser sa moyenne mobile à 200 séances et fluctuer autour de celle-ci en attendant le démarrage du prochain cycle économique mondial (rebond des PMI manufacturiers globaux).

Evidemment, les perspectives haussières de court terme seraient invalidées en cas de repli sous le récent plus bas à 1,0350$. Dans ce cas, l’euro pourrait poursuivre son déclin jusqu’à la parité 1:1 avec le dollar, ce qui est possible en cas de très mauvaise nouvelle en Europe.

POURSUIVRE VOTRE LECTURE

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.