Nous utilisons différents cookies afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies.
Pour en savoir plus sur notre politique de gestion des cookies, cliquez ici ou suivez le lien qui se situe au bas de n’importe quelle page de notre site.

0

Notifications

Les notifications ci-dessous sont basées sur les filtres qui peuvent être ajustés via les pages du calendrier économique et des webinaires.

Webinaires à venir

Webinaires à venir

0

Événements économiques

Événements économiques

0
Guides de trading gratuits
Souscrire
Veuillez réessayer
EUR/USD
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
CAC 40
Mitigé
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
EUR/CHF
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Bitcoin
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Or
Haussier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Pétrole WTI
Baissier
Faible
Élevée
de clients sont à l'achat.
de clients sont à la vente.
Long Court

Note : les hauts, bas et volumes sont indiqués pour la journée de trading.

Données fournies par
Plus Voir plus
FOREX : le dollar termine la semaine inchangé, quel élément pourrait forcer un décalage sur l'EURUSD?

FOREX : le dollar termine la semaine inchangé, quel élément pourrait forcer un décalage sur l'EURUSD?

2012-10-27 04:12:00
John Kicklighter, Stratégiste sénior
Share:
  • Le dollar termine la semaine inchangé, quel élément pourrait forcer l'EURUSD à aller à la cassure ?
  • Euro : espoirs de sauvetage espagnol, craintes centrées sur la Grèce
  • Le yen : le précipice fiscal japonais pourrait propulser l'USDJPY jusqu'à 85, voire plus
  • Le dollar canadien sensible aux données de l'emploi alors que la politique vacille
  • Les dollars néo-zélandais et australien comptent sur les tendances du risque ; en cas d'échec : intervention
  • Les traders de pétrole surveillent l'ouragan Sandy mais l'approvisionnement a déjà atteint un sommet
  • L'or affiche sa première baisse sur trois semaines en 13 mois, cassure de 1700 à venir ?

Le dollar termine la semaine inchangé, quel élément pourrait forcer l'EURUSD à aller à la cassure ?

Avec sa clôture vendredi dernier, le Dow Jones FXCM Dollar Index (symbole = USDollar) a terminé la semaine à moins d'un point de son niveau d'ouverture. En fait, cet instrument de mesure de l'évolution de la monnaie américaine a progressé de moins de 0.1% au cours de chacune des trois dernières semaines. Rien ne saurait mieux indiquer l'indiécision actuelle sur les marchés. L'absence de progrès correspond à l'arrière-plan fondamental d'un marché de plus en plus préoccupé par les questions autour de la croissance, des rendements et de la stabilité financière, mais qui refuse de faire reculer les actifs risqués du fait de son espoir acharné de nouvelles mesures de relance. Cette absence de conviction a conduit le S&P 500 à un retournement critique de la phase la plus récente de son rallye remontant à juin, mais sans l'engagement nécessaire à la formation d'un momentum permettant un mouvement sous les 1400. Parallèlement, la même incertitude a maintenu l'EURUSD ancré à sa congestion, entre 1.3100 et 1.2825.

Si nous voulons être témoins d'un mouvement clair et durable du dollar, il nous faudra voir un développement qui résonne avec son rôle le plus fondamental : celui de valeur refuge ultime, et de source de liquidité. Compte tenu du faible niveau de participation sur les marchés des capitaux (beaucoup d'investisseurs gardent leur argent en attente, du fait des rendements extrêmement faibles et des risques financiers persistants), il est assez facile de générer de la volatilité avec des indicateurs économiques. Toutefois, l'exploit consistant à renverser les flux du sentiment est hors de portée de la plupart des indicateurs et publications ordinaires. La publication du NFP d'octobre, prévu vendredi prochain, représente le point culminant des données économiques prévues sur l'agenda américain ; mais son impact fondamental déjà tiédi a encore été diminué. Nous avons en effet appris la semaine dernière que la Fed n'agirait pas en vue d'une augmentation de ses efforts de relance, au moins jusqu'à l'expiration du programme "Opération Twist", et son rôle "d'indicateur de croissance" a été diminué par la publication du PIB en hausse au troisième trimestre. Cela dit, le ralentissement habituel qui précède la publication se fera certainement sentir.

Pour briser le cycle d'indécision et d'hésitation précédant les annonces importantes qui n'en finissent jamais d'arriver (nous pouvons attendre le rapport NFP, puis les élections américaines, puis le mur fiscal, etc), un sérieux retrait de capitaux de l'exposition au risque ou une affluence massive de fonds en attente dans le système serait nécessaire. Il serait extrêmement difficile de réunir les événements nécessaires pour déclencher un rallye durable (une nouvelle relance provisoire, un mouvement vers une solution permanente en zone euro, un virage de la croissance, une lente reprise des taux de référence, etc), mais cela n'exclut pas un nouveau rallye temporaire, en cas de nouvelles mesures à court terme. Pendant ce temps, l'environnement général s'est détérioré suffisamment pour qu'une opinion communicative selon laquelle la relance a atteint ses limites déclenche une poussée de crainte.

Euro : espoirs de sauvetage espagnol, craintes centrées sur la Grèce

Les deux menaces les plus importantes en Europe portent en elles des possibilités d'impact sérieux mais opposées. Si la situation en Grèce et en Espagne peut s'améliorer ou se dégrader, l'influence sur l'euro et le sentiment des investisseurs ne sera pas la même selon la direction prise. Sachant que l'Espagne est la quatrième plus grande économie de la zone euro, une crise de grande envergure peut créer des problèmes très sérieux pour l'avenir du pays. Toutefois, il reste à l'Espagne un certain nombre d'étapes à franchir avant que le marché ne considère que les choses sont sans espoir. En fait, si l'Espagne demande un sauvetage complet, elle génèrera probablement un rallye substantiel et peut-être même un rallye du sentiment. Ils ne résoudraient certes pas les problèmes sous-jacents, mais les résultats douloureux en seraient retardés. À l'inverse, la Grèce a déjà traversé bien trop de phases de sauvetage pour que les investisseurs soient aveuglés par de simples mesures provisoires. De plus, elle a déjà des difficultés à recevoir l'aide nécessaire pour l'empêcher de couler. Parmi les autres événements, il y aura également une réunion entre la Troïka et le gouvernement grec lundi et mercredi.

Le yen : le précipice fiscal japonais pourrait propulser l'USDJPY jusqu'à 85, voire plus

Le marché est tout à fait conscient des problèmes fiscaux du Japon, mais ils n'ont pas été aussi mis en avant par les médias (sources d'informations financières et traders) que ceux des États-Unis. Cet état de fait est en partie dû au laps de temps clair du côté des États-Unis (le fameux fiscal cliff, qui pourrait retirer 600 Mds $ au PIB à la fin de l'année), alors que le monde s'est habitué aux dettes du Japon. Quoi qu'il en soit, cette acceptation passive pourrait toucher à sa fin, alors que le gouvernement rencontre des difficultés à faire passer un projet de loi nécessaire à la poursuite de son fonctionnement. Le programme de relance récemment annoncé mettra en oeuvre des fonds de réserve. Mais d'ici la fin novembre (avec une vente de dette prévue), le Japon pourrait se retrouver à cours d'argent.

Le dollar canadien sensible aux données de l'emploi alors que la politique vacille

Les sceptiques vis-à-vis du loonie nous en avertissaient depuis longtemps : l'économie canadienne fait face au même type de bulle immobilière et de dette des consommateurs qui ont conduit tant d'autres pays à la crise. Cependant, s'il ne s'agit pas d'un problème pressant ni immédiat, pourquoi ne pas profiter des avantages relatifs de rendement et de stabilité de cette monnaie ? Son équilibre idéal de sécurité et de retours pourrait toucher à sa fin. Vendredi dernier, Moody’s a en effet placé six grandes banques canadiennes en examen pour une baisse de note éventuelle. La semaine prochaine, nous aurons les chiffres de l'emploi canadien, qui pourraient charger davantage les préoccupations du gouverneur de la BoC, M.Carney, à propos des "risques croissants".

Les dollars néo-zélandais et australien comptent sur les tendances du risque ; en cas d'échec : intervention

Les dollars australien et néo-zélandais ont fait preuve d'une résistance exceptionnelle, dans un environnement de risque difficile. Tous les deux sont des monnaies d'investissement pour les cambistes et les traders de taux d'intérêt ; leurs rendements historiquement bas sont compensés par une absence cruelle de solutions alternatives en matières de retours réels positifs. Les banques centrales ont bien reconnu cet état de fait, et commencé à se diversifier vers ces fonds. Pour compenser ces flux obstinément entrants, la RBA et la RBNZ espèrent certainement que l'aversion au risque nuise au carry trade, pour offrir un soulagement au niveau des taux de change. Et si cela n'arrivait pas, il leur faudra baisser les taux ou intervenir.

Les traders de pétrole surveillent l'ouragan Sandy mais l'approvisionnement a déjà atteint un sommet

L'aversion au risque et un déséquilibre offre/demande (en formation depuis longtemps) ont poussé le brut américain à sa clôture la plus basse depuis trois mois. Après cinq chutes au cours des six dernières semaines, une tendance claire commence à se développer (même si le volume des contrats futures et les positions ouvertes sont en chute). Alors que l'attrait spéculatif de cette matière première est en berne, le marché reconnaît que la production est à son plus haut niveau depuis 17 ans. Et même l'ouragan Sandy ne peut rien changer à cette surabondance.

L'or affiche sa première baisse sur trois semaines en 13 mois, cassure de 1700 à venir ?

La tendance baissière de l'or qui avait commencé au début du mois, juste sous 1800, s'avère tout aussi régulière que la hausse qui l'avait précédée. Le métal précieux vise maintenant 1700, avec semble-t-il une certaine hésitation. Une chute du dollar et/ou une relance en Espagne sont parmi les rares événements susceptibles de renverser la vapeur. Pendant ce temps, nous sommes témoins de la tendance baissière la plus régulière depuis 13 mois, d'une chute de l'intérêt spéculatif et d'une hausse du volume.

Prochaines 24 heures

GMT

Devise

Publication

Enquête

Précédent

Commentaires

23h50

(Dimanche)

JPY

Vente au détail (Glissement annuel) (SEP)

1.0%

1.7%

Les données commerciales devraient suivre les données des dépenses de la semaine dernière à la baisse

23h50

(Dimanche)

JPY

Vente au détail s.a. (Glissement annuel) (SEP)

-1.5%

1.5%

23h50

(Dimanche)

JPY

Ventes de gros détailleurs (SEP)

-1.2%

-0.9%

(Dimanche)

CNY

Indice principal (SEP)

99.63

L'indice avancé devrait être plus élevé, avec les mesures de soutien gouvernemental supplémentaires

0h01

GBP

Baromètre des affaires Lloyds (octobre)

10

L'indice Lloyd’s poursuit sa hausse

0h01

GBP

Enquête Hometrack sur le logement (glissement mensuel) (octobre)

-0.1%

L'indice suivi par la BoE poursuit sa chute, parallèlement au resserrement du crédit

0h01

GBP

Enquête Hometrack sur le logement (glissement annuel) (octobre)

-0.5%

9h30

GBP

Crédit à la consommation net (septembre)

0.1 Mds

-0.1 Mds

Le crédit devrait reculer comme le logement, alors que la Banque d'Angleterre pourrait envisager d'augmenter ses achats d'actifs

9h30

GBP

Prêts nets garantis sur les logements (SEP)

0.5 Mds

-0.3 Mds

9h30

GBP

Approbations de prêts hypothécaires (SEP)

48.5 k

47.7 k

9h30

GBP

La masse monétaire M4 (Glissement mensuel) (SEP)

0.2%

La jauge la plus large de la masse monétaire révèle une croissance assez modérée. Les craintes de récession pourraient déclencher de nouveaux assouplissements.

9h30

GBP

Masse monétaire M4 (Glissement annuel) (SEP)

-4.1%

9h30

GBP

M4 hors IOFC 3 mois, annualisée (SEP)

7.8%

12h30

USD

Revenus personnels (SEP.)

0.4%

0.1%

Les revenus des consommateurs continuent à augmenter, même si le faible taux de croissance pourrait être un point d'inquiétude pour la reprise économique

12h30

USD

Dépenses des particuliers (SEP)

0.6%

0.5%

12h30

USD

Indice de prix de la consommation privée (déflateur PCE) (glissement annuel) (SEP)

0.4%

1.5%

12h30

USD

Indice PCE Core (glissement annuel) (SEP)

0.1%

1.6%

13h00

EUR

IPC allemand (glissement annuel) (OCT P)

1.9%

2.0%

L'inflation préliminaire allemande devrait être sous contrôle, proche de 2%

13h00

EUR

IPC allemand - Harmonisé UE (Glissement annuel) (OCT P)

2.0%

2.1%

14h30

USD

L'indice manufacturier de la Fed de Dallas (OCT)

0.0

-0.9

L'indice de Dallas est en hausse, comme les autres enquêtes régionales

23h30

JPY

Taux de chômage (SEP)

4.2%

4.2%

Le marché de l'emploi japonais est stagnant, même si l'on aperçoit une faiblesse alors que l'économie générale ralentit

23h30

JPY

Ratio du nombre de candidatures aux postes (SEP)

0.83

0.83

23h30

JPY

Dépense des ménages (Glissement annuel) (SEP)

0.8%

1.8%

Les dépenses pourraient poursuivre leur chute, reflétant le ralentissement des dépenses de consommation

23h50

JPY

Production industrielle (Glissement annuel) (SEP P)

-7.1%

-4.6%

Les chiffres préliminaires de la production industrielle devrait chuter encore, du fait de faibles exportations

23h50

JPY

Production industrielle (Glissement mensuel) (SEP P)

-3.1%

-1.6%

GMT

Devise

Publications et discours à venir

-:-

EUR

La Grèce fera son rapport à la troïka, à propos de ses progrès

7h30

EUR

Jens Weidmann de la BCE s'exprime à propos de l'économie européenne

19h00

USD

Le Trésor américain publie son estimation trimestrielle de l'emprunt

NIVEAUX DE SUPPORTS ET RÉSISTANCES

SUPPORTS ET RÉSISTANCES CLASSIQUESMARCHÉS ÉMERGENTS 18h00 GMTDEVISES SCANDINAVES 18h00 GMT

Devise

USD/MXN

USD/TRY

USD/ZAR

USD/HKD

USD/SGD

Devise

USD/SEK

USD/DKK

USD/NOK

Résist. 2

15.5900

2.0000

9.2080

7.8165

1.3650

Résist. 2

7.5800

6.1875

6.1150

Résist. 1

15.0000

1.9000

9.1900

7.8075

1.3250

Résist. 1

6.7600

5.8175

5.7800

Spot

12.9897

1.8005

8.6431

7.7503

1.2206

Spot

6.7003

5.7654

5.7729

Support 1

12.5000

1.6500

8.5650

7.7490

1.2000

Support 1

6.0800

5.5840

5.6000

Support 2

11.5200

1.5725

6.5575

7.7450

1.1800

Support 2

5.8085

5.3350

5.3040

BANDES DE PROBABILITÉS INTRA-DAY 18h00 GMT

\Devises

EUR/USD

GBP/USD

USD/JPY

USD/CHF

USD/CAD

AUD/USD

NZD/USD

EUR/JPY

GBP/JPY

Résist. 3

1.3051

1.6210

80.28

0.9425

1.0041

1.0466

0.8309

104.17

129.47

Résist. 2

1.3023

1.6184

80.12

0.9406

1.0023

1.0443

0.8289

103.89

129.17

Résist. 1

1.2994

1.6157

79.96

0.9386

1.0005

1.0420

0.8269

103.61

128.88

Spot

1.2938

1.6105

79.65

0.9347

0.9969

1.0373

0.8229

103.05

128.28

Support 1

1.2882

1.6053

79.34

0.9308

0.9933

1.0326

0.8189

102.49

127.68

Support 2

1.2853

1.6026

79.18

0.9288

0.9915

1.0303

0.8169

102.21

127.39

Support 3

1.2825

1.6000

79.02

0.9269

0.9897

1.0280

0.8149

101.93

127.09

v

http://www.dailyfx.com/francais/analyses_marche/pivot_points/

DailyFX fournit des informations sur le Forex et des analyses techniques sur les tendances qui influencent les marchés de devises internationaux.